Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mathys, le premier bébé de l'année à la clinique d'Albi

-
Par , France Bleu Occitanie

Il est né à la clinique Claude Bernard d'Albi (Tarn) : Mathys a vu le jour moins de cinq heures après les coups de minuit ce 1er janvier, dans un département qui voit son nombre d'habitants croître chaque année, dopée par le boum démographique de la Haute-Garonne voisine.

Mathys est né ce 1er janvier, peu avant 5h00 à la clinique C. Bernard d'Albi.
Mathys est né ce 1er janvier, peu avant 5h00 à la clinique C. Bernard d'Albi. © Radio France - Clémence Fulleda

Faisant le bonheur de ses parents Jennifer et Clément originaires de la commune de Terre-Clapier, Mathys est le premier bébé de l'établissement en 2020. Il est né ce mercredi 1er janvier à 04h58, à la clinique Claude-Bernard d'Albi, où viennent au monde 500 à 600 enfants par an. Mathys n'est pas le premier Albigeois de l'année car, au Centre Hospitalier, quatre enfants sont nés dans la nuit dont un premier, à 00h18. 

Le bond démographique dans le Tarn profite surtout aux villes proches de Toulouse comme St Sulpice, Gaillac et Rabastens. - Aucun(e)
Le bond démographique dans le Tarn profite surtout aux villes proches de Toulouse comme St Sulpice, Gaillac et Rabastens. - INSEE 2019

Albi et Castres perfusées par leur couronne périphérique

Ces petits viennent étoffer les effectifs tarnais qui comptent selon l'Insee qui vient de publier ses derniers chiffres pour janvier 2017, près de 388.000 habitants, contre 369.000 en 2007. L'aire urbaine albigeoise dépasse les 100.000 âmes mais ce sont les alentours de Saint-Sulpice-la-Pointe, Gaillac et Rabastens qui profitent le plus du dynamisme démographique de la grande voisine toulousaine. À l'inverse, Mazamet et le bassin de Carmaux perdent des habitants.

La population tarnaise a crû de 0.5% en cinq ans, entre 2012 et 2017, grâce à ses nouveaux arrivants (hors solde naturel, hors naissances).  Mais contrairement à ce qu'on pourrait croire, Albi "intra-muros" ne profite pas de cette embellie. La ville rouge perd, certes peu, mais perd des habitants (plus de 51.000 en 2007 et 2012, moins de 51.000 en 2017). Même constat pour Castres : 45.000 castrais en 2007, 43.200 en 2010, 43.000 en 2017. Portée par sa couronne (Cagnac-les-Mines, Puygouzon, Cambon), l'agglomération d'Albi a cru de 0.4%, celle de Castres de 0.3%, elle-même boostée davantage par les villes de la banlieue castraise comme Labruguière ou Soual.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu