Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Mont-de-Marsan : elle a financé son permis de conduire en étant "dame pipi" pendant la Madeleine

vendredi 7 septembre 2018 à 11:39 Par Marion Dambielle-Arribagé, France Bleu Gascogne

Une lycéenne montoise de 17 ans a entièrement financé son permis de conduire en travaillant comme "dame-pipi" pendant les fêtes de la Madeleine. En cinq jours, elle a récolté 1075 euros de pourboire !

Faustine a été "dame pipi" pendant les 5 jours de la Madeleine.
Faustine a été "dame pipi" pendant les 5 jours de la Madeleine. © Maxppp - Julio PELAEZ

Mont-de-Marsan, France

Faustine Ferrer a 17 ans. Elle vient de faire sa rentrée en Terminale L au lycée Duruy, à Mont-de-Marsan. Pendant la Madeleine, fin juillet, elle a accepté d'être "dame pipi" à l'entrée des toilettes qui étaient installées place des arènes. Un petit job dans le but de gagner de l'argent pour se payer son permis de conduire. Et bien, en 5 jours, Faustine a récolté 1075 euros de pourboire !

1075 euros de pourboire

Pourtant, nettoyer des toilettes pendant que les autres font la fête, à première vue, ça ne fait pas rêver ! Quand on lui a proposé ce job, Faustine a un peu hésité : "J'étais un peu réticente, c'est vrai. Je n'avais pas très envie, je ne suis pas fan des corvées ménagères. Mais bon, je me suis dit, allons-y, on peut toujours essayer", raconte l'adolescente.  Et pendant cinq jours, Faustine ne ménage pas sa peine. De 11h à 19h, elle récure, nettoie, passe la serpillière, toujours avec le sourire. "J'avais mis une petite pancarte pour expliquer que c'était pour payer mon permis de conduire. Et les gens se sont dit, "ah, si c’est pour le permis, on va donner une pièce". "

Un billet de 10 euros

Et les pourboires s'accumulent : en cinq jours, Faustine récole 1075 euros ! "Je ne m'attendais pas à une somme pareille ! Je rentrais chaque soir avec une pochette qui devait peser cinq ou six kilos ! Et tous les soirs, on étalait une nappe sur la table, on vidait le sac, et on comptait pièce après pièce, pendant plus d'une demi-heure... Je ne vous raconte pas le bazar quand j'ai été déposer ça à la banque, ils étaient contents !" plaisante Faustine. L'adolescente est très reconnaissante : "C'est grâce aux Montois que j'ai pu me payer mon permis. Il y a même une vieille dame qui m'a beaucoup touché. Elle m'a pris la main, elle m'y a mis un billet de 10 euros en disant : "moi j'aime les jeunes qui travaillent". C'est vraiment très généreux."

Alors c'est vrai, Faustine n'a pas beaucoup profité de la Madeleine cette année. "Je ne suis pas beaucoup sortie, d'ailleurs mes potes me l'ont reproché, mais bon c'est un choix. Le jeudi, je suis sortie jusqu'à minuit, le vendredi jusqu'à 1h du matin, mais il faut faire des concessions. Il faut choisir entre s'amuser ou travailler. Il faut savoir ce qu'on veut. Moi j'ai choisi de me payer le permis de conduire toute seule."

"Il faut savoir ce qu'on veut"

Car l'adolescente n'est pas dans le besoin, elle est simplement très déterminée : "Un permis de conduire, ça coûte très cher. Je voulais soulager mes parents. J'ai bientôt 18 ans, l'an prochain il va falloir payer les études, peut-être un appartement, une voiture... ça fait beaucoup. Je ne suis pas malheureuse, loin de là, je ne manque de rien, mais je n'ai pas non plus eu la chance de naître avec une cuillère d'argent dans la bouche. Je sais que si je veux quelque chose, il faut que je me batte pour l'obtenir, ça ne tombera pas du ciel." Mais Faustine est aussi bien consciente qu'elle a trouvé le bon filon :  "J'ai des copains qui ont travaillé dans les champs ou à l'usine cet été. Ils ont gagné en un mois ce que j'ai gagné en 5 jours."

Mission accomplie en tous cas pour Faustine : entre son salaire, et ses 1075 euros de pourboire, elle a largement de quoi financer son permis. Il ne lui reste plus qu'à aller s'inscrire à l'auto-école.