Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Montluçon : Jacques a 7 ans et il s'oppose à Emmanuel Macron sur le glyphosate

mercredi 6 juin 2018 à 18:39 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Jacques, jeune bourbonnais de sept ans, a écrit à Emmanuel Macron pour lui demander l'interdiction du glyphosate. Sa maman Jennifer a publié la lettre sur les réseaux sociaux. Une lettre qui a fait le buzz et à laquelle le président de la République a répondu.

Jacques et sa lettre au président
Jacques et sa lettre au président - Jennifer Guerard

Montluçon, France

Le mercredi 30 mai, les députés décidaient de ne pas inscrire dans la loi l'interdiction du glyphosate. Le gouvernement s'est engagé sur la fin de son utilisation d'ici trois ans. Une délai trop long au goût de Jacques, jeune Montluçonnais de sept ans, qui a adressé une lettre au président de la République.

La lettre, relayée par sa maman, Jennifer, sur Facebook, a été partagée plus de 68.000 fois. Le succès de cette courte missive est arrivé jusqu'aux oreilles d'Emmanuel Macron, qui lui a répondu sur les réseaux sociaux. 

La réponse d'Emmanuel Macron à Jacques sur Facebook - Aucun(e)
La réponse d'Emmanuel Macron à Jacques sur Facebook - Compte Facebook d'Emmanuel Macron - Impression d'écran

Dans sa lettre le président félicite l'enfant pour son engagement. Il insiste sur la durée de trois ans pour mettre en place la fin du glyphosate. Mais pour Jacques, "c'est trop long, dans trois ans, j'aurais déjà 10 ans ! Un an c'est mieux ça me suffit. " Et dans la conclusion de la lettre du président, cette phrase " Tu peux faire confiance en ma détermination, qui est aussi grande que la tienne. " Et Jacques de réagir : " Moi je trouve que la mienne est beaucoup plus grande la sienne !