Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nantes : que devient le fragment de manuscrit de Léonard de Vinci découvert il y a dix ans ?

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Conservé dans les réserves de la bibliothèque de Nantes, un fragment de manuscrit de Léonard de Vinci, donné il y a 147 ans par un collectionneur, était un peu tombé aux oubliettes. Mais en 2010, il a refait surface grâce à des recherches menées par un journaliste de Presse Océan. Explications.

Le fragment de manuscrit de Léonard de Vinci (1452-1519) fait partie des 3000 autographes conservés à la bibliothèque de Nantes.
Le fragment de manuscrit de Léonard de Vinci (1452-1519) fait partie des 3000 autographes conservés à la bibliothèque de Nantes. - Bibliothèque de Nantes

C'est l'histoire d'un fragment d'une valeur inestimable. Légué en 1873 par un collectionneur de renom, Pierre-Antoine Labouchère, à la bibliothèque de Nantes, un morceau de manuscrit de Léonard de Vinci était un peu tombé aux oubliettes. Certes conservé dans les archives précieuses comme les 3.000 autographes référencés à la bibliothèque de Nantes mais pratiquement jamais consulté, jusqu'en 2010. De retour d'un voyage à Milan, un journaliste de Presse Océan s'était plongé dans la lecture d'une biographie du polymathe rédigée par Serge Bramly. Et il y avait fait une découverte pour le moins déconcertante. 

D'après les index de l'ouvrage, un fragment du maître était conservé dans la cité des Ducs. Serge Bramly n'avait pas dit faux. Après deux semaines intenses de recherches, le précieux document avait fini par être découvert, plus de 130 ans après avoir été déposé dans les réserves. Contacté, l'historien italien Carlos Pedretti, spécialiste de Léonard de Vinci, avait certifié que ce dernier était bien de ces textes, selon lui extraits du Codex Atlanticus, un carnet de notes de Leonard de Vinci. Ils contiendraient des "notes sur l'air et le vent, en rapport avec une étude sur le vol des oiseaux", datant de 1504, la même période que la Joconde. Qu'est-il advenu de ce fragment de manuscrit depuis dix ans ? France Bleu Loire Océan est allé posé la question à la directrice de la bibliothèque municipale de Nantes. 

Trois questions à Agnès Marcetteau, directrice des bibliothèques de Nantes

Pouvez-vous nous décrire ce document ? 

C'est un petit fragment de quelques centimètres seulement. Il a été découpé par des vendeurs d'autographes. Au XIXè siècle, ça permettait à ces commerçants de démultiplier leurs ventes. Quand on se plonge dans le document, on s'aperçoit que ce sont des notes comme en prenait énormément Léonard de Vinci. Ce qui est à la fois amusant et spectaculaire dans ce fragment, c'est qu'il s'agit d'une écriture miroir, c'est-à-dire à l'envers, ce qui est en soit un petit exploit sportif. La meilleure preuve que l'on a qui nous permet de dire qu'il a aidé à connaitre Léonard de Vinci c'est que si un chercheur [Serge Bramly, ndlr] ne s'y était pas référé et ne l'avait pas inscrit dans les sources consultées pour écrire son livre, le journaliste qui faisait ses recherches sur Léonard de Vinci ne l'aurait pas retrouvé. 

Comment ce fragment est-il arrivé à la Bibliothèque de Nantes ? 

C'est un des 3.000 autographes conservés à la Bibliothèque de Nantes dans ce que l'on appelle la collection Labouchère, du nom du collectionneur qui a réuni cette collection au XIXè siècle et qui nous en a fait don. Pierre-Antoine Labouchère (1807-1873) a constitué une collection répartie en 20 gros volumes dans lesquels il collait des illustrations et des autographes. C'était très à la mode à cette époque-là. Il avait des artistes, des écrivains, des peintres, des rois, etc. Certains documents ont plus de valeur que d'autres comme ces autographes de Louis XIV, d'Anne de Bretagne ou encore de Mozart. Chez Mozart, on a découvert qu'on avait non seulement des lettres mais aussi un document mal décrit dans l’inventaire qui était un fragment de musique et qu'un spécialiste a authentifié comme une pièce inédite. Et puis, il y a également ce fragment de Léonard de Vinci. Tous ces documents sont mis à la disposition des chercheurs et des curieux qui peuvent les consulter grâce à notre catalogue. 

Comment ce fragment de Léonard de Vinci est-il conservé ? 

Il est dans les réserves précieuses de la bibliothèque. Il bénéficie donc du même traitement particulier que les autres fonds anciens et précieux avec des conditions climatiques surveillées et un conditionnement qui obéit à des règles strictes. Les manuscrits de ce type sont gardés dans des chemises en papier neutre afin de pouvoir les conserver le plus longtemps possible, à l'abri de la lumière et de la poussière. Mais ils peuvent aussi être amenés à être exposés ou montrés à l'occasion de journées du patrimoine pour permettre au public d'avoir directement accès à ce patrimoine qui est le sien. Ils servent également aux chercheurs pour augmenter la connaissance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess