Insolite

PHOTOS - À nu (ou presque) pour sauver les vergers français

Par Nina Valette, France Bleu Gard Lozère jeudi 22 décembre 2016 à 17:54

Philippe et sa femme
Philippe et sa femme

C'est le dernier né des calendriers Made in Gard. Les salariés de l'entreprise Saint-Mamet, et les arboriculteurs de la coopérative Conserve Gard, se sont mis à nu, pour défendre le fruit et les vergers français. Les bénéfices de la vente, seront reversés aux producteurs de fruits.

Les salariés de Saint-Mamet, dans le Gard, le spécialiste du fruit en conserve et les arboriculteurs de la coopérative Conserve Gard ont "tombé" la chemise. Mais pas de panique, c'est pour la bonne cause : replanter des arbres fruitiers dans les vergers de Provence et du Languedoc-Roussillon.

D'après Joël Derrien, le directeur du Marketing de l'entreprise Saint-Mamet, l'idée vient d'un internaute : "J'ai trouvé ça géniale ! Un calendrier, ça permet de faire parler de nous, chaque mois et pas seulement faire le buzz".

Un histoire qui dure depuis 60 ans

Saint-Mamet et les arboriculteurs de la coopérative viennent de signer un accord sur 20 ans. L'entreprise s'est engagée à racheter l’intégralité des récoltes des pêches, poires et cerises. Une façon de soutenir la production locale mais aussi de pérenniser l'emploi. L'usine est le troisième employeur du Gard, une belle histoire qui dure depuis 1953.

Pourtant, l'entreprise de Saint-Mamet a connu des heures sombres. Il y a un an, l'entreprise gardoise frôle le redressement judiciaire, les comptes sont dans le rouge. "Les choses vont mieux désormais... En quelques mois, nous avons retrouvé des chiffres positifs. Aujourd'hui, ce calendrier montre notre engagement pour faire perdurer ce beau projet." précise Joël Derrien.

Même les arboricultrices s'y mettent ! - Aucun(e)
Même les arboricultrices s'y mettent !

Un calendrier façon Dieux du Stade

Comme les joueurs de rugby français, les salariés ont choisi de se dénuder. Cette fois-ci, pas de ballon ovale, mais des cagettes en bois, avec un message, pour cacher leurs jardins intimes. Coraline Ferrat, la directrice de produit n'a pas dit "oui" tout de suite : "J'avais peur d'avoir un peu froid, je le reconnais. Mais l'ambiance était vraiment chouette. Je ne le regrette pas."

Les salariés de Saint-Mamet - Aucun(e)
Les salariés de Saint-Mamet

L'objectif est de passer à 30% de bio

Avec les bénéfices de la vente, Saint-Mamet espère agrandir sa surface d'exploitation, s’enthousiasme Joël Derrien : "Actuellement nous avons 650 hectares. Avec le projet de passer en bio, nous aimerions atteindre les 1.000 hectares d'ici 2021. En plus de ça, nous voulons passer à 30% ". Un investissement coûteux pour cette entreprise.

Les bénéfices de la vente, soit deux euros par calendrier, seront remis aux arboriculteurs lors du salon de l'agriculture, en février prochain.

En Aout, c'est Kevin !  - Radio France
En Aout, c'est Kevin ! © Radio France
Les messages sont parfois politiques  - Aucun(e)
Les messages sont parfois politiques