Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Opération "adopte une poule", en Ardèche, pour sauver 3.000 volailles de l'abattoir

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Un Ardéchois, éleveur de poules pondeuses, et l'association de refuge pour animaux Altervita proposent aux particulier d'acquérir des poules de réforme, vouées à l'abattoir.

Opération sauver les poules de réforme, dans un élevage de Chateaubourg.
Opération sauver les poules de réforme, dans un élevage de Chateaubourg. © Radio France - Florence Gotschaux

Châteaubourg, France

Offrir une belle retraite à des poules pondeuses, c'est la volonté de Christian Rousset et son fils Adrien. Ces agriculteurs produisent des œufs bio à Chateaubourg, au Nord de Cornas, en Ardèche, mais ils doivent se séparer de leurs volailles. Ils ne veulent pas leur mort pour autant. Ils ont donc fait appel, pour la deuxième fois, à l'association Altervita qui gère notamment un refuge au Teil (près de Montélimar). Altervita a lancé une campagne d'adoption pour sauver 3.000 poules, afin qu'elles ne partent pas à l'abattoir.

6.000 poules élevées en plein air

A La Ferme de Chazal, on élève des poules pondeuses bio en plein air. 

Ces poules pondeuses ont 18 mois, l'âge de la réforme. - Radio France
Ces poules pondeuses ont 18 mois, l'âge de la réforme. © Radio France - Florence Gotschaux

Avec l'âge, elles sont un peu moins productives... mais surtout, les normes en matière d'hygiène imposent régulièrement un vide sanitaire pour  nettoyer à fond les installations. Il faut donc vider les lieux. Mais les éleveurs ne veulent plus que ce soit synonyme de condamnation à mort pour leurs volailles. "Elle nous ont fait vivre pendant plus d'un an, explique Adrien Rousset. Elles ne méritent pas l'abattoir! Ne serait-ce que pour les remercier, on veut leur offrir une belle retraite, c'est le minimum qu'on peut faire pour elles!"

Des poules chouchoutées

Pendant plus d'un an, ces 6.000 poules ont gambadé sur 2,6 hectares de terrain. "_Elles ont 18 mois, pondent encore beaucoup_, elles sont grosses et ont la crête bien rouge", explique Adrien Rousset en parlant des poules qui restent encore dans le parc.

L'élevage de la Ferme de Chazal peut accueillir 6.000 poules pondeuses. - Radio France
L'élevage de la Ferme de Chazal peut accueillir 6.000 poules pondeuses. © Radio France - Florence Gotschaux

"Économiquement, c'était encore viable de les garder quelques temps" précise le jeune éleveur. C'est pour les aider que lui et son père ont fait appel à l'association Altervita.

Une longue et douce vie

Adrien et Christian Rousset en ont vendu 3.000, de leur côté, à leurs clients, et ont donné les 3.000 autres à Altervita. L'association les vend ensuite 3 euros aux particuliers. (Le prix couvre le vermifuge, et le coût de l'opération. Le surplus financera les actions de l'association dans son refuge).

Il reste encore 300 poules à adopter. - Radio France
Il reste encore 300 poules à adopter. © Radio France - Florence Gotschaux

La campagne d'adoption a débuté il y a quelques semaines. "2.700 poules ont trouvé une famille d'accueil", explique le co-président d'Altervita, Clément Bastie. 1.900 ont déjà été récupérées. La campagne s'achève ce dimanche (15 septembre). "On doit encore faire adopter 300 poules. On a une obligation de réussite, car le camion de l'abattoir étant annulé, on ne peut pas faire autrement que de trouver une famille pour toutes ces poules rousses".

Bien traitées, ces poules peuvent vivre 6 ou 7 ans.

Pour adopter une poule

La campagne d'adoption ne dure plus que quelques jours. Il faut pouvoir aller chercher sa poule au plus tard ce dimanche, à la ferme de Chazal, à Chateaubourg. Si vous êtes intéressés, vous pouvez envoyer un mail à jesauveunepoule@gmail.com, l'adresse de l'association Altervita dédiée à cette opération.

>> Plus d'info sur la ferme de Chazal sur leur page facebook.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu