Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Pau : une course de bateaux en carton au stade d'eaux vives

samedi 13 octobre 2018 à 22:28 Par Evan Lebastard, France Bleu Béarn

Une épreuve un peu particulière au stade d'eaux vives de Pau samedi après-midi : la course de paperboat, ou bateau en carton. Les participants ont eu la journée pour construire leur embarcation avec seulement du carton et du scotch, avant de dévaler le stade d'eaux vives.

Eric Deguil (à gauche) accompagné de ses deux coéquipiers et ce qu'il reste de leur embarcation de fortune.
Eric Deguil (à gauche) accompagné de ses deux coéquipiers et ce qu'il reste de leur embarcation de fortune. © Radio France

Pau, France

Des bateaux avec tête de dragon, robot ou en forme de drakkar ont descendus le stade d'eaux vives de Pau samedi après-midi. C'était le "paperboat challenge". Une course de bateau en carton organisée dans le cadre de la première édition du White Water Circus. 

Si l'événement a aussi ses courses très sérieuses en canoë et en kayak, des participants ont pu s'amuser à construire leur embarcation avec un équipement minime : du carton et du scotch.

Quatre heures de construction

Parmi les concurrents, des enfants avec leurs parents mais aussi un quadruple champion du monde de kayak extrême, Eric Deguil, qui s'est bien amusé. "C'était vraiment fun ! Une super expérience. On avait toujours en tête cette question : mais est-ce que ça va marcher ?" Avec son équipage ils ont mis quatre heures pour construire leur navire. 

"On était six équipes, avec le même tas de carton et le même kilométrage de scotch. Après c'était place libre aux artistes pour la réalisation des embarcations, sourit Eric Deguil. Pour bien décrire la chose on est dans deux petits cartons, et autour on a monté tout un squelette pour que ça puisse naviguer correctement."

"A refaire !"

Dans son équipe, Didier Mougel, président d'un club de kayak à Gap, dans les Hautes-Alpes. C'est lui qui a manoeuvré l'embarcation. "C'est bien rigolo ! On est un peu plus haut sur l'eau, mais ça se manœuvre comme un gros canoë canadien, assure le kayakiste. Je vais le refaire de retour dans les Hautes-Alpes !"

Ca a bien marché pour l'équipe d'Eric Deguil et Didier Mougel qui gagnent la course, même si l'enjeu n'était pas tellement sportif.