Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Cinq œufs de cigognes sauvés d'une mort certaine à Offemont

C'est une opération délicate et inédite qui s'est déroulée à Offemont dans le Territoire de Belfort : cinq œufs de cigogne ont été récupérés dans une opération de sauvetage par le centre de Sauvegarde de la faune sauvage de Bourgogne-Franche-Comté

La maman cigogne s'est envolée lorsque la nacelle d'ENEDIS s'est approchée du nid
La maman cigogne s'est envolée lorsque la nacelle d'ENEDIS s'est approchée du nid - Bernard Marconot (LPO)

Une impressionnante opération de sauvetage s'est déroulée ce jeudi matin à Offemont, dans le Territoire de Belfort. Les équipes d'Enedis, de la Ligue de Protection des Oiseaux et du centre Athénas, centre de Sauvegarde de la faune sauvage de Bourgogne-Franche-Comté, ont récupéré cinq œufs de cigogne en danger de mort. En effet, le père est décédé en fin de semaine dernière, mettant en danger la famille. 

Une opération nécessaire car la femelle était menacée de mort 

Le couple de cigognes s'était installé, comme il le fait habituellement, sur l'une des plateformes dédiées aux cigognes, mises en places sur la commune d'Offemont. Mais pour une raison encore inconnue, le mâle est mort après une chute, condamnant le reste de la famille à une mort certaine explique Bernard Marconot, président de la Ligue de Protection des Oiseaux du Territoire de Belfort : "Les cigognes adultes couvent à tour de rôle et en permanence pendant 4 semaines et demi. Ils se relaient, et il faut toujours qu'il y en ait un qui couve. S'il n'en reste plus qu'un seul des deux, l'autre n'a plus le choix, il ne peut plus quitter le nid. Ici la femelle serait restée sur ses œufs, n'aurait pas pu se nourrir, se serait affaiblie et la femelle risquait de mourir et les œufs n'auraient pas éclos non plus. Tout le monde est condamné dans ce cas là, c'est pour cela qu'il y avait nécessité à intervenir".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une intervention minutieuse 

Les services d'ENEDIS sont venus sur les lieux avec une nacelle pour pouvoir réaliser l'intervention. Ensuite, l'un des soignants du centre d'Athenas a récupéré les cinq œufs, les a entourés d'une couverture pour ne pas les briser, et une fois dans la camionnette les œufs ont été entourés d'eau chaude, de foin, et de chiffons mouillés pour que les œufs retrouvent la même atmosphère que lorsqu'ils sont couvés. Les futurs bébés cigognes sont ensuite emmenés jusqu'au centre de sauvegarde où ils sont placés en couveuse. La maman cigogne a disparu, car elle s'est envolée lorsque la nacelle s'est approchée d'elle.

Les œufs doivent être transportés dans un environnement chaud et humide, comme lorsqu'ils étaient couvés par les adultes cigognes
Les œufs doivent être transportés dans un environnement chaud et humide, comme lorsqu'ils étaient couvés par les adultes cigognes - Bernard Marconot (LPO)

Les œufs sont désormais sous la protection du centre Athénas, où ils sont placés en couveuse, sans avoir l'assurance qu'ils survivront explique le directeur Gilles Moine : "Un dénichage et un transport comportent toujours une part de risque. Les œufs ont été soumis à un stress thermique et à un stress lié au transport. Il est possible qu'il y ait des effets secondaires, des séquelles. On verra également s'ils vont clore d'ici 7 à 15 jours".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess