Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

PHOTOS Les trésors des sous-préfectures de Boulay et Château-Salins aux enchères

mardi 26 avril 2016 à 18:46 - Mis à jour le mercredi 27 avril 2016 à 22:42 Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord

Des trésors de sous-préfectures sont mis aux enchères ce mercredi 27 avril à Metz. Tout doit disparaître dans le mobilier des anciennes sous-préfectures de Boulay-Moselle et Château-Salins, à n’importe quel prix.

La salle à manger des sous-préfets de Boulay-Moselle.
La salle à manger des sous-préfets de Boulay-Moselle. © Radio France - François Pelleray

Boulay-Moselle, France

Quelques 250 lots issus des anciennes sous-préfectures de Boulay-Moselle et Château-Salins devront trouver preneurs, même s'il faut descendre à un euro. Des meubles, des tableaux, des vases, ou encore des pendules vendus aux enchères. Il n'y a plus d'activité dans ces sous-préfectures depuis le 1er janvier 2015, mais les sous-préfets ont quitté les lieux il y a déjà plusieurs années, septembre 2013 à Château-Salins et avril 2008 à Boulay.

A Boulay, la sous-préfecture a été bâtie par les Allemands en 1878. Le couloir central mesure une trentaine de mètres. Il y a trois salles de bains, mais le confort date des années 1960. Tout comme la cuisine est restée dans son jus.

C’est une partie de la République, donc de notre patrimoine

Le mobilier est bourgeois ou traditionnel. Les pièces les plus intéressantes sont une commode japonisante, une horloge, un piano ou des carafes en cristal de Saint-Louis. Didier a flashé sur l'une d'elles : « en plus d’être pièce rare, c’est une partie de la République, cela fait partie de notre patrimoine ».

Mêmes les rideaux sont à vendre

Il y a de bonnes affaires à réaliser sur les meubles anciens, c'est ce que nous confie ce visiteur qui souhaite rester anonyme : « on peut faire de bonnes affaires sur le marché des brocantes. On peut acquérir une armoire lorraine pour 150 à 200 euros. Il y a deux mois, j’ai acheté une horloge comtoise pour 50 euros alors qu’il y a cinq ans elle valait 3.000 euros ».

Tout est à vendre, même les rideaux. L'un des huissiers n'y avait pas pensé, alors Hervé Pierson a rajouté des étiquettes. La seule pièce qui n'est pas à vendre se trouve à Château-Salins, il s’agit d’un bureau qui était réservé aux ministres de passage.

Confidences de visiteurs recueillies à Boulay.

Une pendule Louis XV vendue 900 euros

Près de 200 personnes ont assisté à la vente. Quasiment tout est parti. Voici parmi les plus belles enchères :

2 cabriolets soie : 1100 €

1 pendule Louis XV 900 €

1 commode merisier Louis XV 800€

1 ensemble de verre en cristal de saint Louis 650 €

1 fauteuil empire acajou 650 €

1 semainier restauration 500 €

1 piano droit Erard 200 €

1 flacon Massenet 150 €