Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Pillivuyt se la joue à la Japonaise

mercredi 7 novembre 2018 à 19:03 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Pillivuyt, le porcelainier de Mehun sur Yèvre se met à l’heure japonaise. L’entreprise berrichonne vient de présenter un nouveau savoir-faire : le Kintsugi. Un art japonais du XVéme siècle qui permet de réparer les porcelaines brisées.

Une assiette en cours de restauration grâce à la méthode Kintsugi
Une assiette en cours de restauration grâce à la méthode Kintsugi © Radio France - Michel Benoit

Mehun-sur-Yèvre, France

Kintsugi provient du japonais Kin (qui veut dire or) et Tsugi, jointure… Car il s’agit bien de jointure à l’or. Pillivuyt se fait fort de ré-assembler vos porcelaines, grès ou faïences brisés grâce à cette technique : " C'est une manière de sublimer la fêlure, explique Claire Calvarin, chef de produit chez Pillivuyt. C'est important de conserver la trace de cette brisure et de la rendre plus belle encore, pour conserver toute l'histoire de l'objet qui peut ainsi poursuivre sa vie." 

Catherine Breton, dessinatrice styliste chez Pillivuyt, formée au Kintsugi et Calire Calvarin, chef de projet. - Radio France
Catherine Breton, dessinatrice styliste chez Pillivuyt, formée au Kintsugi et Calire Calvarin, chef de projet. © Radio France - Michel Benoit

On recolle les morceaux grâce à une laque naturelle à base d’urushi, une sève issue d’un arbre japonais. Un travail très méticuleux. Il faut coller, poncer, et enfin décorer la fêlure, qui reste visible, grâce à une poudre d’or ou d’étain. L’objet se retrouve alors irisé de nervures dorées. Catherine Breton est l’une des deux personnes formées depuis un an à cette nouvelle technique pour Pillivuyt : " Il faut poncer entre chaque étape du processus de reconstruction, le comblage, le collage. Il faut être très précis et gommer les aspérités." 

Pillivuyt utilise de la poudre d'étain ou de la poudre d'or. - Radio France
Pillivuyt utilise de la poudre d'étain ou de la poudre d'or. © Radio France - Michel Benoit

Les temps de séchage sont très longs : comptez environ 6 semaines pour réparer une assiette. Pillivuyt a baptisé cet atelier Renaissance : un service qui s’adresse à une clientèle assez huppée estime Claire Calvarin : " Ce sera une clientèle sensible à cette philosophie japonaise et aussi une clientèle plutôt aisée puisque le Kintsugi a forcément un coût à partir du moment où le temps de réparation est très long. C'est un travail très minutieux et on utilise des produits rares et précieux. Forcément il y a un coût." 

Toutes les porcelaines, grès et céramoques peuvent être réparées grâce au Kintsugi - Radio France
Toutes les porcelaines, grès et céramoques peuvent être réparées grâce au Kintsugi © Radio France - Michel Benoit

Pillivuyt est le seul porcelainier à proposer de réparer les objets cassés. Un devis sera automatiquement dressé par internet après réception de photos de vaisselle brisée. Pillivuyt emploie 180 personnes à Mehun sur Yèvre.