Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite
Dossier : Le choix de France Bleu matin

Plancher-Bas offre des poules à ses habitants

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Au delà de produire des oeufs, les poules sont un composteur naturel, elles digèrent les légumes, les fruits et même la viande. Afin de réduire les déchets courants, la commune de Plancher-Bas en Haute-Saône offre des poules aux riverains volontaires.

Claude Bernard élève 3500 poules pondeuses à Champey.
Claude Bernard élève 3500 poules pondeuses à Champey. © Radio France - Lila Lefebvre

Plancher-Bas, France

75 habitants de Plancher-Bas aux pieds du Ballon d'Alsace, se sont déjà portés volontaires pour accueillir une poule. Un cadeau de fin d'année imaginé et financé par la mairie pour réduire les déchets ménagers. Au delà de l'aspect écologique, le bien-être animal est aussi pris en considération : les poules seront des gallinacés "à la retraite" qui échappent ainsi à l'abattoir. 

"Nous avons voulu faire un geste écologique", explique Luc Jacquey, adjoint au maire de Plancher-Bas à l'initiative du projet. Les poules digèrent les restes de repas tels que les légumes et la viande, ce sont des composteurs en accélérés, "ça permettrait de réduire les déchets ménagers de la commune", appuie l'élu. 

Des poules à la retraite 

La mairie propose deux poules pour chaque riverain volontaire, elles proviennent de la ferme Bernard à Champey. Ce sont des poules "de réforme", des animaux à la retraite, après un an leur productivité est en baisse, leur éleveur Claude Bernard cherche à les replacer : "nous ne pouvons plus les garder, nous les vendons donc à des particuliers pour éviter l'abattoir". Comptez trois euros l'animal, bien plus que ce que l'éleveur pourrait gagner en les envoyant à l'abattoir. 

75 habitants se sont déjà inscrits, les autres ont jusqu'au 30 novembre pour se manifester en mairie. Les poules arriveront dans leurs nouveaux foyers le 11 janvier prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu