Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 22.000 Européens postulent pour devenir astronaute, un record

-
Par , France Bleu
France

Est-ce l'effet Thomas Pesquet ? L'Agence spatiale européenne n'a jamais reçu autant de candidatures pour s'envoler dans l'espace.

Parmi les très nombreux volontaires, les Français sont en tête, certainement inspirés par l'astronaute Thomas Pesquet.
Parmi les très nombreux volontaires, les Français sont en tête, certainement inspirés par l'astronaute Thomas Pesquet. © Maxppp - Patrick Lefevre

C'est un record ! Jamais l'Agence spatiale européenne n'avait reçu autant de candidatures pour devenir astronaute. Plus de 22.000 Européens participent à la compétition qu'elle a lancée, pour seulement 4 à 6 places pour s'envoler dans l'espace en 2022. Ce sont les Français qui sont les plus nombreux à candidater, 7.000 postulants, devant l'Allemagne (3.700) et le Royaume-Uni (1.979). 

Trois fois plus de volontaires

L'Agence spatiale internationale avait reçu un peu plus de 8.000 candidatures en 2008, lors de la précédente campagne de recrutement - dont celle de Thomas Pesquet - soit trois fois moins qu'aujourd'hui ! Cette année, la campagne vise un recrutement plus divers, plus féminin aussi. Les femmes sont quatre fois plus nombreuses à candidater. 

"Je suis agréablement surprise par l'augmentation du nombre de candidatures féminines. Pour ma sélection en 1985, on était à 10%, on est passé à 15% en 2008, et aujourd'hui on est à 24%... C'est un progrès, qui correspond à peu près à la proportion de femmes qu'on retrouve dans les métiers de l'ingénierie en Europe", a réagit Claudie Haigneré, astronaute et ex-ministre de la Recherche. Un appétit pour l'espace qui s'explique à la fois par le modèle des astronautes dans l'ISS, et par les futures missions lunaires qui seront organisées dans les dix prochaines années, avant Mars. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess