Insolite

Pont-du-Château : l'hommage au poilu Gabriel Aymard retrouvé 100 ans après sa mort

Par Eric Le Bihan et Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne vendredi 11 novembre 2016 à 19:18

Gabriel Aymard dans son uniforme de pompier de Paris
Gabriel Aymard dans son uniforme de pompier de Paris © Radio France - Emmanuel Moreau

Sa dépouille a été retrouvée par hasard début septembre sur un chantier à Chilly dans la Somme. Un siècle plus tard, la mémoire du soldat auvergnat a été honorée chez lui à Pont-du-Château dans le Puy-de-Dôme.

Son nom figure tout en haut de la trop longue liste des victimes de guerre immortalisées sur le monument de la commune de Pont-du-Château. Mais pendant près de 100 ans, Gabriel Aymard n'a pas eu de vraie sépulture. Sa dépouille a été découverte par hasard au début du mois de septembre par des ouvriers sur un gros chantier de canalisation de gaz. Né le 29 février 1888, le Castelpontin est tombé sur un champ de bataille dans la petite commune picarde de Chilly. Il portait encore sa plaque militaire avec son matricule de guerre. La maire de Chilly, Morgane Foret, a alors prévenu son collègue de Pont-du-Château. René Vinzio s'est chargé d'aller porter la bonne nouvelle aux proches de Gabriel Aymard.

On envisage son rapatriement dans le caveau familial - Pierre Aymard le neveu de Gabriel

Plusieurs membres de la famille ont assisté vendredi matin aux commémorations du 98e anniversaire de l'armistice de la première guerre mondiale. Il y avait du monde sur la place de la mairie, malgré une météo grise comme la tenue de ce héros de guerre. Fauché le 4 septembre 1916 par plusieurs balles allemandes entre les côtes, Gabriel Aymard appartenait au 1er Régiment du Génie. Sans enfant, il était pompier de Paris avant la Grande Guerre.

Le monument aux morts de Pont-du-Château  - Radio France
Le monument aux morts de Pont-du-Château © Radio France - Emmanuel Moreau

La famille espère désormais rapatrier au plus vite ses restes pour une inhumation dans le caveau familial du cimetière de Pont-du-Château. Aujourd'hui encore, ses proches ignorent où se trouve précisément sa dépouille. Au total, 54 618 Auvergnats sont morts lors de la 1ere guerre mondiale.