Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Pour la Toussaint, la ville de Pau veut chasser les moustiques des cimetières

-
Par , France Bleu Béarn

Ce vendredi, c'est la Toussaint, journée de de fréquentation accrue des cimetières. Et cette année, la ville de Pau, suite à des plaintes, entend bien diminuer le nombre de moustiques dans ces lieux de recueillement. Pour cela, elle incite la population a être vigilante sur les objets laissés.

Le cimetière urbain, le plus grand de Pau, est une cible idéale pour les moustiques.
Le cimetière urbain, le plus grand de Pau, est une cible idéale pour les moustiques. © Radio France - Thomas Coignac

Pau, France

L'an dernier, entre le 27 octobre et le 2 novembre, 15 500 personnes se sont rendues au cimetière urbain de Pau, le plus grand de la ville, dont 4 500 pour le seul 1er novembre (une journée classique voit environ 500 entrées). Pour cette journée de "chassé-croisé" dans les allées entre les tombes, la mairie de Pau entend bien régler un problème qui avait valu bien des plaintes l'an dernier : les moustiques-tigres. 

Un moustique tigre. - Radio France
Un moustique tigre. © Radio France - Florence Gotschaux

"Ça avait commencé l'année dernière, mais cette année, c'est plus prégnant, explique Michèle Pérony, directrice du service cimetières de la Ville. Le problème c'est que les femelles pondent des œufs dans très peu d'eau stagnante, l'équivalent d'un bouchon suffit. Et que, dans les cimetières, de l'eau, il y en a partout". 

Alors, Michèle Pérony, en arpentant les allées, désigne les arrosoirs, les vases, les coupelles, les pots de fleurs, voire les morceaux de céramiques incurvés qui jonchent les cailloux et les tombes, et qui se remplissent avec la pluie ou l'arrosage. "On conseille aux gens d'enlever tous les objets abandonnés, notamment derrière les tombes, reprend Michèle Pérony. Ou encore de mettre du sable dans les coupelles et les pots de fleurs". Et pas question d'utiliser des traitements chimiques pour la mairie, qui préfère en appeler à la prudence.

Dans les pots de fleurs abandonnés entre les tombes, les moustiques se reproduisent.  - Radio France
Dans les pots de fleurs abandonnés entre les tombes, les moustiques se reproduisent. © Radio France - Thomas Coignac

Alors qu'une femelle peut pondre jusqu'à 200 œufs toutes les deux semaines, les moustiques ne se déplacent jamais à plus de 150 mètres de leur lieu de naissance, et grandissent donc dans les haies du cimetière. Et, dans ce lieu de 10 hectares et 15 000 concessions, les gardiens ou les marbriers qui y travaillent tous les jours sont particulièrement gênés. 

La cheville de Marie-Line Salitot, gardienne, a été bien attaquée.  - Radio France
La cheville de Marie-Line Salitot, gardienne, a été bien attaquée. © Radio France - Thomas Coignac

"Dès que l'on circule dans le cimetière on est piqués, se désole Marie-Line Salitot, gardienne. On ne les voit pas, mais ça fait des gros boutons, ça laisse des marques. Ça démange, ça fait des croûtes, des cicatrices, et ça reste. On a des pantalons, des manches longues, mais ils piquent même à travers les vêtements !" Des piqûres qui restent au stade du désagrément, pusiqu'aucun cas de transmission de maladie n'a été avéré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu