Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Pourquoi trois d'entre nous n'ont pas été touchées par la maladie ? Dieu seul peut le dire..."

Quatorze des dix sept sœurs de la congrégation du Sacré Cœur à Saint-Aubin-lès-Elbeuf ont été testées positives au coronavirus.

14 des 17 soeurs de la congrégation du Sacré Coeur à Saint-Aubin-lès-Elbeuf ont attrapé le coronavirus.
14 des 17 soeurs de la congrégation du Sacré Coeur à Saint-Aubin-lès-Elbeuf ont attrapé le coronavirus. © Maxppp - Vanessa Meyer/ Photo d'illustration

La foi ne protège apparemment pas du coronavirus. Un cluster a été identifié chez les sœurs apostoliques du Sacré Cœur, à Saint-Aubin-lès-Elbeuf début octobre, comme révélé par le Journal d'Elbeuf. Elles sont dix-sept à vivre au couvent, âgées de 46 à 98 ans, et quatorze d'entre elles ont attrapé le Covid. Mais comment le virus est il arrivé jusqu'à elles ? Mystère. La plupart sont âgées et sortent peu. Il y a bien eu une sœur hospitalisée récemment. Peut-être a-t'elle ramené le virus au couvent ? "On n'en sait rien" reconnaît sœur Marie-Claude. Heureusement, il n'y a eu aucun cas grave, aucune hospitalisation, et aujourd'hui tout le monde va bien assure la responsable de la congrégation qui ne s'explique pas non plus pourquoi trois d'entre elles ont échappé au virus. "Ça, Dieu seul peut le dire..."

Nous ne sommes que des êtres humains, pas des super nanas ! - soeur Marie-Claude.

En tout cas, sœur Marie-Claude positive. "Ça nous donne une leçon d'humilité et d'humanité, et ça nous rappelle aussi nos faiblesses. Nous ne sommes que des êtres humains et pas des super-nanas !" constate la religieuse. Elle, n'a pas été malade et s'est occupé de ses sœurs tout au long de leur isolement. Une expérience enrichissante, reconnaît sœur Marie-Claude, qui a trouvé cette période "sympathique". L'épreuve en tout cas ne lui a pas fait perdre son humour, même si elle préfèrerait que ça ne se reproduise pas. "Mais je ne sais pas à qui il faut s'adresser ? A Dieu le père peut-être ? Je vais voir avec lui, je vais traiter affaire".

Écoutez le témoignage de soeur Marie-Claude, au téléphone avec Christine Wurtz.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess