Infos

Préserville à côté de Toulouse cherche carillonneur

Par Magalie Lacombe, France Bleu Toulouse mercredi 3 août 2016 à 19:35

Julien Audouy, 83 ans, sonneur dans l'église de Préserville, à côté de Toulouse.
Julien Audouy, 83 ans, sonneur dans l'église de Préserville, à côté de Toulouse. © Radio France - Magalie Lacombe

Il est le dernier sonneur du Lauragais : Julien Audouy, 83 ans, fait sonner les cloches de l'église de Préserville, à côté de Toulouse, tous les jours, à midi. Mais, le maire lui cherche un successeur, pour ne pas avoir à automatiser le carillon.

Il est le dernier carilloneur du Lauragais : Julien Audouy, 83 ans fait résonner les cloches de Préserville, chaque jour, à midi, 365 jours par an, depuis 18 ans.

C'est lui aussi qui agite les cordes lors de la messe, un dimanche par mois, lors des mariages ou des enterrements, qui a sonné le glas, après l'attaque terroriste contre le prêtre de Normandie, à Saint-Etienne-du Rouvray. Tous les habitants de ce village au Sud Est de toulouse le connaissent.

Julien Audouy : "Je sonnerai jusqu'à ma dernière minute"

Avant lui, sa femme a fait sonner le carillon pendant 34 ans. Quand elle est morte, l'ancien enfant de chœur a pris le relais après avoir été maçon, ouvrier agricole, marbrier.

Mais, année après année, il lui devient de plus en plus difficile d'assumer sa mission quotidienne, aussi passionné qu'il soit.

Portrait de Julien Audouy, 83 ans, le dernier carillonneur du Lauragais.

Le maire préférerait ne pas avoir à automatiser le carillon

Place de l'église de Préserville - Aucun(e)
Place de l'église de Préserville - Mairie de Préserville

Ça coûterait plus cher d'automatiser mais c'est surtout le côté original que l'on veut garder et patrimonial, affirme Patrick de Pérignon, le maire de Préserville

Patrick de Pérignon : "Ca fait partie intégrante du patrimoine"

La mairie de Préserville réfléchit à lui trouver un successeur. Elle aimerait bien que sa fille prenne le relais. Sinon, le maire assure qu'il automatisera le carillon qu'il souhaite conserver dans le village, même si ce sera forcément un peu plus coûteux.

Partager sur :