Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quand les réseaux sociaux détournent un célèbre poème de Victor Hugo

-
Par , France Bleu

"Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne" : ce poème majeur de l'écrivain français Victor Hugo, publié en 1856 est depuis quelques jours détourné par les utilisateurs du réseau social Twitter.

Victor Hugo, auteur prolifique français, notamment du recueil "Les Contemplations".
Victor Hugo, auteur prolifique français, notamment du recueil "Les Contemplations". © Maxppp - JT Vintage

Parfois, les réseaux sociaux nous offrent des pépites. Depuis quelques jours, les habitués de Twitter s'amusent à détourner l'un des poèmes les plus connu de l'écrivain français Victor Hugo : "Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne", fait partie du recueil Les Contemplations publié en 1856.

Le poème original de Victor Hugo

Écris en octobre 1847, Victor Hugo date ce poème du 3 septembre, soit la veille de l'anniversaire de la mort de Léopoldine, sa fille. Il s'adresse à elle, quatre ans après son décès lors d'une noyade accidentelle avec son mari, à Villequier en Normandie

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, Je partirai.
Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.  

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.  

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu