Insolite

Rassemblement sur le clitoris géant de Montferrier-sur-Lez

Par Romain Berchet, France Bleu Hérault et France Bleu dimanche 9 octobre 2016 à 20:39

Un "crop clitoris" dans un champ de Montferrier-sur-Lez
Un "crop clitoris" dans un champ de Montferrier-sur-Lez

Une trentaine de manifestants se sont rassemblés sur le "crop clitoris" de Montferrier-sur-Lez (Hérault). Une mobilisation pour dénoncer le tabou qui entoure l'organe du plaisir chez la femme. Deux sexologues de Montpellier sont à l'origine de ce coup de communication.

Le rassemblement sur le "crop clitoris" de Montferrier-sur-Lez (Hérault) a réuni près d'une trentaine de personnes. Un dessin végétal représentant un clitoris de 120 mètres de long est apparu dans un pré de la commune cette semaine. Une action imaginée par deux sexologues de Montpellier.

Tous les participants étaient habillés en rouge pour la photo aérienne prise par un drone. Ils étaient venus pour dénoncer et briser le tabou qui entoure le plaisir féminin. L'endroit n'a pas été choisi au hasard. "Vous allez vous mettre le long de la ligne extérieure du gland du clitoris", explique Marie-Noëlle Lanuit, la sexologue à l'origine du projet.

"Nous représentons les terminaisons nerveuses du gland du clitoris." - Marie-Noëlle Lanuit, sexologue

Quelques participants sur le "crop clitoris" de Montferrier-sur-Lez - Radio France
Quelques participants sur le "crop clitoris" de Montferrier-sur-Lez © Radio France - Romain Berchet

Briser le tabou

Le rassemblement avait surtout pour but d'évoquer le sexe féminin. Les deux thérapeutes à l'origine du projet estiment que les manuels scolaires négligent l'organe sexuel féminin et notamment le clitoris, organe du plaisir.

"Même au niveau scolaire, les manuels ont tendance à oublier cette partie de l'anatomie féminine." - Jean-Claude Piquard, sexologue

Le constat des sexologues est partagé du côté des participants. "Pendant très longtemps, l'existence du clitoris a été cachée par de nombreuses personnes. Mes parents n'ont jamais parlé de ce sujet avec moi", souligne Nathalie, une militante féministe. Ils espèrent tous que ce projet donne naissance à un mouvement : "C'est une première goutte d'eau dans un vase qui débordera un jour", analyse Pierre.

Réactions des participants au micro de France Bleu Hérault

Le champ retrouvera son aspect normal dans les prochains jours, puisqu'il sera labouré par son propriétaire.

Partager sur :