Insolite

Pays Basque : une maman se bat pour garder le ñ avec un tilde sur le nom de son fils

Par Bixente Vrignon, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Pays Basque et France Bleu jeudi 24 août 2017 à 6:20 Mis à jour le jeudi 24 août 2017 à 9:43

L'état-civil d'Alexandra Ibañez avec un n qui porte le " ~ " (tilde)
L'état-civil d'Alexandra Ibañez avec un n qui porte le " ~ " (tilde) © Radio France - Bixente Vrignon

L'état-civil refuse à Alexandra Ibañez que son fils porte son nom. En cause: un "ñ" avec un tilde (~), un signe orthographique que la France refuse depuis 2014.

Alexandra Ibañez se bat pour récupérer son tilde, ou plutôt celui de son fils. Le 11 mars, quand elle accouche, elle et son compagnon ont rempli la reconnaissance anticipée sans problème. Comme la loi l'y autorise, l'enfant portera les deux noms, celui du père et de la mère. Mais au moment d'inscrire son fils à la crèche; elle se rend compte que son nom, Ibañez, est devenu Ibanez, sans "ñ".

"Je tiens à ma tilde, c'est l'histoire de ma famille"

Alexandra est catégorique: "Je tiens à ma tilde, c'est l'histoire de ma famille qui tient à cette petite vague, celle de mon arrière-grand-père qui a franchi la frontière, c'est mon grand-père qui a certains frère et sœurs espagnols" et elle ajoute "je tiens à cette tilde que mon fils n'a pas". Pour elle, sans ñ, son fils n'a pas le même nom de famille qu'elle.

Alexandra Ibañez est prête à se battre - Radio France
Alexandra Ibañez est prête à se battre © Radio France - Bixente Vrignon

La question du tilde ne se posait pas jusqu'en 2014 quand une circulaire qui s'inspire d'une loi de 1794 impose que "les seuls signes diacritiques admis sont ceux (...) autorisés par la langue française". Le tilde, c'est cette barre ondulée au-dessus de la lettre n dans l’orthographe bretonne, basque ou espagnole, ou encore des voyelles en portugais. Un couple breton connait le même problème, mais il s'agit dans ce cas d'un prénom, Fañch.

Je lui conseille de faire appel au procureur" — Peyuco Duhart, maire de St Jean de Luz

Alexandra Ibañez croyait à une simple erreur, elle s'est tournée vers la mairie de son domicile, St Jean de Luz, mais la naissance a été déclarée à Bayonne. Dans tous les cas, le maire luzien, Peyuco Duhart, conseille à la jeune femme d'écrire au procureur. Alexandra croit déjà savoir que ça sera en vain, mais elle se dit déterminée, et prête à créer une page Facebook pour rassembler ceux qui connaissent le même problème qu'elle, avant d'entamer une action en justice.

Alexandra Ibañez: "je me suis dit bêtement, en appelant la mairie, ils vont corriger, ça va aller".

"C'est pas un caprice, on m'a changé mon nom de famille sans rien me dire"

Tous les claviers permettent d'orthographier le ñ, grâce à la combinaison: Alt Gr + 2 puis n - Radio France
Tous les claviers permettent d'orthographier le ñ, grâce à la combinaison: Alt Gr + 2 puis n © Radio France - Bixente Vrignon