Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un artiste belge recouvert de plus de 150 attestations sort dans les rues de Rennes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Le 23 mars dernier, l'artiste belge Maxime Matthys sortait dans les rues de Rennes, vêtu d'un costume sur lequel étaient accrochées plus de 150 attestations de sortie. Une performance nommée "Sortez couverts", réalisée dans le cadre légal du confinement, et qui vise à questionner celui-ci.

L'artiste belge Maxime Matthys recouvert par plus de 150 attestations
L'artiste belge Maxime Matthys recouvert par plus de 150 attestations - Maxime Matthys - Courtesy de l'artiste

Il le promet, le 23 mars dernier, Maxime Matthys est sorti pendant moins d'une heure, et à moins d'un kilomètre de chez lui, dans le centre-ville rennais. Pour réaliser sa performance "Sortez couverts", le jeune artiste belge s'est confectionné un costume, recouvert de plus de 150 attestations, dûment remplies pour sa sortie. La vidéo de sa performance a déjà été visionnée plus de 23 000 fois. 

Cette performance vise à questionner le confinement et la quarantaine pour le jeune artiste : "Je n'aurai jamais imaginé dans ma vie devoir me munir d'une attestation pour sortir dans la rue. Le costume est un peu une métaphore de la situation actuelle et de la politique de santé publique qui est assez dingue : la quarantaine et le confinement sont des techniques qui on été créées au moyen-âge pour lutter contre les épidémies de l'époque comme la peste ou la lèpre. En 2020, avec notre armada d'innovations technologiques on se retrouve à utiliser ces techniques moyenâgeuses. Pendant ce temps-là on voit l'Allemagne qui n'est pas obligée de prendre de mesures aussi contraignantes parce qu'ils ont beaucoup plus de lits de réanimation..."

L'artiste ne veut pas donner de leçon, mais amener le public à s'interroger : "Disparaître sous une montagne d'attestations comme ça dans la rue, c'est une manière de questionner, de provoquer les gens et d'une manière le gouvernement. Le questionnement c'est : que sont ces attestations ? Que représentent-elles ? Pourquoi en est-on arrivé au point de devoir rester enfermés chez nous et écrire sur un bout de papier la raison pour laquelle on sort dans la rue ?" Maxime Matthys insiste néanmoins, sa performance n'a pas vocation à inciter les gens à ne pas respecter le confinement, qui est de son aveu, "la seule solution en l'état actuel des choses et au regard de la situation de l'hôpital public pour sauver des vies.

Lors de sa sortie, Maxime Matthys (voir vidéo ci-dessus) a été contrôlé par la police. Ironie de la situation, une attestation lui a été demandée. L'artiste n'a eu qu'à décrocher une de celles qui ornaient son costume. Un costume que les forces de l'ordre lui ont demandé de détruire pour éviter des attroupements dus à la curiosité des passants.

Maxime Matthys est âgé de 25 ans. Il a remporté l'an dernier le prix Isem (Images Singulière-ETPA-Mediapart) du jeune photographe pour sa série "2091–The Ministry of Privacy". Il est actuellement exposé au Centre Pompidou à Paris dans le cadre de l’exposition Mutations/Créations 4.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu