Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Romain Rossi, skipper "bizut" de la Route du Rhum venu du Nord

mercredi 10 octobre 2018 à 8:05 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

Un marin d'eau douce au départ de la 11e Route du Rhum, le 4 novembre 2018 à Saint-Malo ! Plus de 120 skippers vont tenter de relier la Bretagne à la Guadeloupe, traverser l'Atlantique en solitaire. Dont Romain Rossi, Nordiste amateur, il a quitté son emploi d'ingénieur pour ce projet un peu fou.

Avec son bateau aux couleurs de DigestScience, Romain Rossi sera sur la ligne de départ de la Route du Rhum le 4 novembre 2018
Avec son bateau aux couleurs de DigestScience, Romain Rossi sera sur la ligne de départ de la Route du Rhum le 4 novembre 2018 - Christophe Favreau / Fondation Digestscience

La Madeleine, France

On pourrait le qualifier de marin d'eau douce, puisque Romain Rossi n'est pas né sur la côte d'Opale, ou en Bretagne, comme beaucoup de navigateurs, mais à Béthune. Cet ingénieur vit à la Madeleine, près de Lille. La voile, il l'a découverte au Touquet, quand il était petit, et il s'est laissé gagner par cette passion, il a même été moniteur pendant une décennie.

Aujourd'hui, à 37 ans, lui qui n'a jamais fait de course au large, jamais traversé l'Atlantique, se lance un défi : il sera sur la ligne de départ de la 11e Route du Rhum, à Saint-Malo, le 4 novembre prochain, pour rallier la Guadeloupe. "Je compte les jours", raconte-t-il, "j'ai cette petite appréhension qui commence à monter, car je sais que je vais bientôt rentrer sur scène, et quelle scène ! Aujourd'hui, je me demande même comment je vais faire ça".

Trois ans de travail

Cela fait trois ans que Romain Rossi travaille travaille sur ce projet. Après plusieurs échecs à trouver des sponsors "classiques", et alors qu'on l'incite à laisser tomber, il est persévérant, et cherche à se démarquer.

Il a alors l'idée de consacrer sa course à une bonne cause, de ne pas faire de ses voiles des affiches publicitaires, comme la plupart des concurrents. Mais de laisser toute la visibilité à la fondation lilloise DigestScience, qui lutte contre la maladie de Crohn, une maladie des intestins qui touche 250 000 personnes en France, dont 25 000 dans les Hauts de France. Le projet séduit, les sponsors jouent le jeu, ils seront ses mécènes dans l'ombre, avec le soutien de l'association le Souffle du Nord.

Entrainement intensif

Aujourd'hui, il manque encore 40 000 euros à Romain Rossi pour boucler son budget, mais il a son bateau, un Class40 de douze mètres, qui se trouve à Lorient, où Romain se rend une semaine sur deux en ce moment. Il est entraîné, par une équipe de spécialistes : entrainement physique, mental, et apprentissage d'un sommeil par tranches de 20 minutes. Il sera "le seul petit Nordiste" dans sa catégorie, avec pour objectif d'arriver à Point à Pitre, où sa femme et ses deux enfants l'attendront après 18 à 20 jours de mer.

La belle histoire de Romain Rossi

ECOUTEZ ET PODCASTEZ : la Belle histoire de Romain Rossi