Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rosé, blanc ou rouge, on produit du vin en Normandie "sans prétention" à Gaillon

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Alors que les foires aux vins battent leur plein, coup de projecteur sur le clairet de Gaillon, dans l'Eure. Une vingtaine de passionnés fait vivre ce vin rare à la production ultra confidentielle. Chaque année, les vendanges de ce vin normand permettent de faire environ 300 bouteilles.

Pierre Rouquié chez lui au Clos Adelaïde à Gaillon où l'aventure du clairet de Gaillon a commencé
Pierre Rouquié chez lui au Clos Adelaïde à Gaillon où l'aventure du clairet de Gaillon a commencé © Radio France - Laurent Philippot

Ne cherchez pas des hectares de vigne à perte de vue, à Gaillon et dans ses environs. L'aventure du clairet de Gaillon commence en mai 1988, lorsque Pierre Rouquié, ingénieur agronome spécialisé en viticulture et directeur général de l'institut technique de la vigne et du vin s'installe dans l'Eure et plante son premier pied de florentin doré dans le jardin de sa maison. Petit à petit, des proches ou des voisins s'intéressent au projet et la confrérie du clairet de Gaillon voit le jour. "On est aujourd'hui une vingtaine d'adhérents qui ont des micro-vignobles" détaille Pierre Rouquié, président naturel de la confrérie. Environ 600 pieds répartis sur 17 micro-vignobles "de 5 à 6 pieds jusqu'à 250 pieds" à Gaillon et neuf communes des environs.

Ces plants de florentin doré vont bientôt être replantés. Une partie ira au lycée Jean-Baptiste Decrétot à Louviers
Ces plants de florentin doré vont bientôt être replantés. Une partie ira au lycée Jean-Baptiste Decrétot à Louviers © Radio France - Laurent Philippot

Reportage au Clos Adélaïde à Gaillon

Le clairet de Gaillon, un rosé qui tire sur le rouge

Le clairet de Gaillon est fondé sur deux cépages, florentin doré à 90%, "un cycle court qui mûrit très très vite et qui s'adapte très bien au climat humide normand et au manque de soleil" et 10% de baco noir. 

Ce pied de baco noir, planté en 2015, a déjà sept mètres de rameaux
Ce pied de baco noir, planté en 2015, a déjà sept mètres de rameaux © Radio France - Laurent Philippot

Un vin intermédiaire entre le rosé et le rouge, comme le clairet de Bordeaux autrefois - Pierre Rouquié

Des vendanges à la mise en bouteille, les étapes du clairet de Gaillon expliquées par Pierre Rouquié

Le clairet de Gaillon est introuvable dans le commerce. Les trois cents bouteilles produites chaque année sont réparties entre les adhérents de l'association, en fonction de leur apport respectif en raisins. Seule occasion d'en boire "lors de grandes occasions, par exemple lors de de vernissages au château de Gaillon" concède Pierre Rouquié. Le clairet de Gaillon a fait des petits. La confrérie propose désormais un rouge et un blanc très léger. Elle s'est lancée aussi dans le vermouth. 

Baco noir, Clairet de Gaillon et Florentins, trois cents bouteilles sont produites annuellement
Baco noir, Clairet de Gaillon et Florentins, trois cents bouteilles sont produites annuellement © Radio France - Laurent Philippot

La Normandie a un avenir viticole

Pierre Rouquié en est assuré "il y a sûrement un avenir viticole en Normandie" mais le réchauffement climatique ne suffira pas car "la vigne est un végétal qui a besoin beaucoup plus de lumière que de chaleur" détaille-t-il. Et avec en moyenne 1.500 heures d'ensoleillement par an sur les vingt dernières années en Normandie, le compte n'y est pas. D'autant que le réchauffement climatique, combiné à l'humidité, pourrait avoir des effets négatifs comme "l'accentuation des maladies classiques, le mildiou et l'oïdium". Seule solution, planter des variétés qui résistent aux maladies. 

Dans 50 ans, un vin IGP ou AOP en Normandie, sous certaines conditions

Très présente au Moyen-Âge, la culture de la vigne a peu à peu disparu en Normandie depuis la Révolution. Mais, depuis quelques années, dans l'Eure, ils sont quelques uns à faire revivre cette culture traditionnelle comme à Giverny ou à Évreux, où des pieds ont été plantés sur les coteaux de Saint-Michel. Il faudra attendre encore quelques années avant de déguster du vin normand, avec modération bien sûr. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess