Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Ruelle-sur-Touvre : il fabrique des charentaises tout seul dans son sous-sol !

-
Par , France Bleu La Rochelle

Deux mois après la liquidation judiciaire de La Manufacture charentaise à Rivières, plusieurs initiatives se préparent pour relancer cette activité artisanale en Charente. Il y a aussi des micro-entrepreneurs qui se lancent dans l'aventure. C'est le cas des "Chaussons de Bébert et Nonore" à Ruelle.

Les "chaussons de Bébert et Nonore" sont souvent "sublimés" par des images
Les "chaussons de Bébert et Nonore" sont souvent "sublimés" par des images © Radio France - Pierre MARSAT

Ruelle-sur-Touvre

C'est dans le sous-sol de sa maison que Jean-Philippe Marsat a installé son atelier de fabrication de pantoufles charentaises. Bébert et Nonore, c'étaient ses grands-parents maternels, Albert et Eléonore, et la typographie du logo, c'est l'écriture de son père. Il est le seul salarié de son entreprise, créée il y a deux ans, en janvier 2018, quand il a été licencié de l'usine Rondinaud, le fabricant historique de charentaises, après 17 ans de carrière. 

Jean-Philippe Marsat a travaillé 17 ans chez le fabricant historique de charentaises, l'entreprise Rondinaud - Radio France
Jean-Philippe Marsat a travaillé 17 ans chez le fabricant historique de charentaises, l'entreprise Rondinaud © Radio France - Pierre MARSAT

Jean-Philippe Marsat n'a pas de machine dans son sous-sol, seulement un bureau, des imprimantes et une presse à chaud. Les finances sont trop justes pour embaucher. Il peut fabriquer jusqu'à 30 paires de pantoufles par jour, mais actuellement c'est plutôt 10. Les charentaises sont de fabrication traditionnelle, mais ce n'est pas la technique du "cousu-retourné" qui a valu au produit son indication géographique protégée, mais du "montage soudé". 

Des pantoufles pour chasseurs ? - Radio France
Des pantoufles pour chasseurs ? © Radio France - Pierre MARSAT

Jean-Philippe Marsat commercialise ses charentaises sur son site internet et en vente directe, chez lui dans son sous-sol.

La boutique de Bébert et Nonore dans le sous-sol de la maison de Jean-Philippe Marsat - Radio France
La boutique de Bébert et Nonore dans le sous-sol de la maison de Jean-Philippe Marsat © Radio France - Pierre MARSAT

Le reportage à Ruelle-sur-Touvre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu