Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Saint-Béat : le vieux cimetière fermé à la veille de la Toussaint à cause d’un éboulement

vendredi 27 octobre 2017 à 20:23 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie

La commune de Saint Béat, au sud de la Haute Garonne, vient d’être victime d’un éboulement de rochers sur le vieux cimetière situé en franc de montagne. A quelques jours de la Toussaint, la municipalité est contrainte de fermer le cimetière.

Dans la nuit du 19 au 20 octobre des cailloux, mais surtout deux gros rochers d'environ 4 à 5 tonnes chacun, se sont décrochés de la montagne
Dans la nuit du 19 au 20 octobre des cailloux, mais surtout deux gros rochers d'environ 4 à 5 tonnes chacun, se sont décrochés de la montagne © Radio France - Stéphane Garcia

Toulouse, France

Sur la porte du vieux cimetière de Saint Béat, un cadenas et une affiche sur laquelle il est écrit « Chutes de pierres, accès au cimetière interdit ». Il faut dire que derrière les dégâts provoqués par la chute des deux rochers sont encore visibles. "Trois murs d'enceinte sont cassés et les tombes, très fragiles, sont complètement détruites, défoncées, enfoncées, plus à leur place… ça ressemble à un cimetière vandalisé mais ce n’est pas ça" détaille le maire de la commune Alain Frisoni.

Deux rochers de 4 à 5 tonnes

En effet, dans la nuit du 19 au 20 octobre des cailloux mais surtout deux gros rochers d'environ 4 à 5 tonnes chacun ont décroché et glissé sous les filets de protection installés sur la paroi, avant d’atterrir sur les sépultures. Du coup, l’édile du village s'est vu obligé de fermer l'accès aux lieux pour raison de sécurité. "Bien sûr on est désolé de faire ça à quelques jours de la Toussaint mais je ne veux pas courir le risque d’un autre accident voire pire".

La mairie a depuis contacté les familles qui avaient l'habitude de venir fleurir les tombes le 1er novembre, pour beaucoup des gens Pau, Tarbes, Bordeaux, Grenoble aussi. "Ça a été difficile, explique Pierre Sanchez, le deuxième adjoint, car certains étaient sur liste rouge, d’autres difficilement retrouvable par rapport aux fichiers des cadastres". Finalement une solution a été trouvée. "Mercredi, pour le 1er novembre, on va maintenir une permanence pour permettre à ses familles de nous appeler, on récupèrera leur bouquet et on ira les déposer au pied des tombes, pour éviter de leur faire courir un risque". Que les familles qui le souhaitent prennent contact auprès du secrétariat de mairie (tél. 05.61.79.40.05).

Le cimetière fermé au moins jusqu'en début d'année

Mais dès jeudi prochain le cimetière sera fermé pour de bon, jusqu'à ce que des travaux soient réalisée et que le flanc de la montagne soit sécurisé. "Je ne sais pas comment ça va se passer, qui va payer pour les travaux sur les sépultures, raconte Alain Frisoni. D’une certaine manière c’est une catastrophe naturelle qui s’est abattue sur nous. L’Etat devrait pouvoir nous aider". Avant de finir, dépité. "Quatre ans après les inondations, on a les éboulements et pour un village comme Saint Béat c'est un grand drame".