Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Doulchard : faire mouche contre Alzheimer

-
Par , France Bleu Berry

La plate-forme de répit et d'accompagnement du centre hospitalier de Bourges propose depuis début février aux malades et à leurs aidants une heure par semaine d'initiation à l'escrime. Le club de St-Doulchard met à disposition sa salle et son matériel, chaque lundi matin.

A Saint-Doulchard, aidants et aidés, victimes de maladies dégénératives peuvent s'initier à l'escrime
A Saint-Doulchard, aidants et aidés, victimes de maladies dégénératives peuvent s'initier à l'escrime © Radio France - Michel Benoit

Une heure pour souffler, oublier le quotidien de la maladie. C'est financé par l'agence régionale de Santé et entièrement gratuit pour les participants.  L'idée c'est de riposter face à la maladie, un peu comme les fleurettistes sur la piste. L'escrime permet de faire travailler le malade sur tous les plans : " Sur les réflexes, sur l'attaque, l'allongement du bras, la coordination des gestes. C'est assez complet, estime Eric Godin, moniteur et accessoirement brancardier à l'hôpital de Bourges. Quand vous prenez un fleuret à la main, vous devenez responsable et ça vous permet de comprendre les différentes combinaisons de l'escrime : l'attaque ou les parades-ripostes. Ca fait réfléchir, c'est un combat, comme contre la maladie, pour la vie." 

Eric Godin, brancardier à l'hôpital de Bourges, encadre cette initiation
Eric Godin, brancardier à l'hôpital de Bourges, encadre cette initiation © Radio France - Michel Benoit

L'escrime est un sport très technique. Ce n'est pas négligeable pour les malades, confirme Marion Billaud, psychologue à la plate-forme de répit et d'accompagnement de l'hôpital de Bourges : " On fait travailler les capacités cognitives et on sait que c'est important pour retarder le développement des maladies dégénératives. On stimule aussi les capacités physiques puisqu'il faut adopter la bonne posture, et cela demande un peu de souplesse. Et en plus, comme toute activité de groupe, on crée du lien. Le malade est entouré. On le valorise.

Les différents partenaires vous saluent bien.
Les différents partenaires vous saluent bien. © Radio France - Michel Benoit

Roselyne, malade depuis quelques années, apprécie cette récréation dans son quotidien : " Pendant qu'on fait ça, on ne pense pas à autre chose... Il faut faire marcher l'esprit et le geste ;  cela exige de la concentration. Et puis ce n'est pas désagréable de se retrouver avec d'autres personnes. Avec mes problèmes de mémoire, je suis très contente de passer en dernier, comme ça, je regarde ce que font les autres parce que j'ai du mal à retenir les consignes. " Le club d'escrime de St-Doulchard propose également des initiations notamment pour les malades du cancer du sein : la posture, bras levé du fleurettiste, est excellente pour la rééducation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu