Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Hilaire-la-Plaine : chez Jean-Luc Michaud, la passion du flipper, c'est pour toujours

-
Par , France Bleu Creuse

Cela fait des années que les flippers ont déserté les bars, les jeux d'argent y étant interdits. Mais la passion continue d'habiter les plus mordus. C'est le cas de Jean-Luc Michaud. Ce brocanteur de Saint-Hilaire-la-Plaine est l'un des derniers en France à savoir réparer des flippers.

Jean-Luc Michaud connaît tous les ressorts des machines qu'il répare. Un savoir-faire précieux, puisque de nombreux modes d'emploi ont été perdus au cours des dernières années.
Jean-Luc Michaud connaît tous les ressorts des machines qu'il répare. Un savoir-faire précieux, puisque de nombreux modes d'emploi ont été perdus au cours des dernières années. © Radio France - Matthieu Le Meur

Au premier coup d'oeil, la brocante de Jean-Luc Michaud ressemble à n’importe quelle autre. On y trouve des bibelots, des raretés, de vieux fers à repasser. Mais ce qui la rend unique, c'est « l'antre des flippers. »Là où Jean-Luc Michaud entrepose et entretient ses flippers depuis l'ouverture de la brocante, il y a 11 ans.

« Une licence en droit, une licence en flipper !»

A l'époque, Jean-Luc Michaud est agent immobilier. Il décide de se reconvertir. Il ouvre sa brocante, dans le bourg de Saint-Hilaire-la-Plaine. L'occasion pour lui de mettre à profit sa science du flipper. « J'aime dire que j'ai passé 2 licences, une en droit, et une en flipper. »

Jean-Luc Michaud fait partie des dernières personnes en France à savoir réparer ces machines bruyantes et lumineuses. Adolescent, il avait l'habitude d'y jouer, mais la passion lui tombe dessus par hasard. « J'étais dans une chambre de bonne à Paris, et en-dessous il y avait un bar. » Où l'étudiant en droit va régulièrement boire un café. « Et un jour un monsieur boitillant m'interpelle, et me dit "donne-moi un coup de main!" Pour déplacer un flipper bien évidemment. »

Chaque week-end, Jean-Luc Michaud aide donc à déplacer les flippers, et au fil du temps apprend à les réparer. 

A la recherche de la perle rare

Aujourd'hui, son savoir-faire est plus précieux que jamais. De nombreux passionnés viennent le voir, souvent à la recherche d'une madeleine de Proust. « Ma première partie de flipper, se souvient Emmanuel, c'était en 1976. Un Grand Prix! » Un flipper sur le thème du Grand Prix de Monaco. Quelques années plus tard, le souvenir taraude Emmanuel qui se lance à la recherche de la fameuse machine, aux couleurs de la principauté.

Et après quelques années de recherche, Jean-Luc Michaud lui trouve son Graal : « Un jour il m'appelle en me disant ça y est, j'ai trouvé la machine qu'il te faut, et il avait tapé dans le mille. »

Jean-Luc Michaud vend chaque année entre 15 et 30 machines.  Des objets de collection, qui il y a 5 ou 6 ans valaient autour de 800 euros. Aujourd'hui, un vieux flipper en bon état s'arrache à 1500 ou 2000 euros. Mais ça n'arrête pas les collectionneurs. Jean-Luc Michaud résume bien cette passion singulière : « face à un flipper, je redeviens un enfant. »

Jean-Luc Michaud : « le flipper parle à toutes les générations »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess