Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Saint-Malo : une dizaine de "modèles" pour la photo les fesses à l'air contre les sites internet de notation

Pour dénoncer la dictature des sites de notation sur Internet, un commerçant malouin avait lancé un appel à poser les fesses à l'air face à la cité corsaire.

Huit courageux ont posé face à la cité corsaire.
Huit courageux ont posé face à la cité corsaire. - Page Facebook "La Java café"

Saint-Malo, France

Ils ont osé, ils l'ont fait ! Ce jeudi 4 juillet, à peine une dizaine de Bretons ont répondu à l'appel lancé par Jean-Jacques Samoy. Vers 18h, ces courageux se sont rendus sur le Grand Bé pour poser les fesses à l'air face à Saint-Malo. Le gérant du bar "La Java" avait invité ceux qui le souhaitaient à le rejoindre pour ce cliché insolite censé dénoncer la dictature des sites Internet comme TripAdvisor.

Le commerçant se dit fatigué des avis, parfois très virulents, laissés par des internautes anonymes sur son établissement ou ceux de ses collègues. "Les réseaux sociaux sont censés créer du lien mais au final dans les bars tout le monde regarde son téléphone et plus personne ne se parle." Depuis la publication de son post Facebook où il posait les fesses à l'air, Jean-Jacques Samoy a reçu de très nombreux messages de soutiens venus d'un peu partout dans le monde. En revanche, son appel à poser nu à l'air libre n'a pas été très suivi.

"J'ai reçu plus de 300 confirmations mais la police a mis en garde mes camarades en leur disant qu'il y avait un risque de poursuites. Les gens ont eu peur," a expliqué le gérant de La Java quelques minutes avant de prendre cette photo qui restera dans les annales.