Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Salon du rétrogaming au Mans : les musiques de jeu à l'honneur

jeudi 1 novembre 2018 à 15:54 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Maine

Au 4ème salon du jeu rétro au Mans, des dizaines de jeux des années 1980 et 1990 sont exposés ou vendus. L'occasion de redécouvrir leurs graphismes mais aussi leurs musiques : Dominique Voegele, un manceau développeur sonore, était présent pour montrer comment se créent les sons des jeux.

Dominique Voegele est venu présenter la conception des musiques de jeux vidéo
Dominique Voegele est venu présenter la conception des musiques de jeux vidéo © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

Devant le synthé, la table de mixage et l'ordinateur de Dominique Voegele, quelques curieux s'arrêtent. "La musique, c'est presque plus important que le graphisme", lance Christophe, joueur depuis l'âge de six ans. L'univers sonore : un élément clé du jeu vidéo, au même titre que la bande originale d'un film. A la fin des années 90, Dominique Voegele a créé celui de plusieurs jeux. Un travail titanesque pour recréer le moindre bruit.

Dix heures de travail pour 1 minute 30 de son

Dès la réception des premiers visuels, il faut déterminer l'ambiance musicale générale et le type de sonorités à utiliser pour coller à l'atmosphère du jeu. "Pour les musiques, ça se fait sur ordinateur ou carrément avec un orchestre symphonique selon le budget", explique Dominique Voegele. Pour Arabian Nights en 1999, il a logiquement travaillé avec des sonorités adéquates, évoquant le Moyen-Orient. 

Le vrai challenge, c'est de composer une mélodie qui s'adapte à la durée de jeu : "à la fin des années 90, on faisait de la musique "linéaire", pas de musique "dynamique" qui change selon les choix du joueur, précise Dominique Voegele. Je composais des musiques complètes sur 30 secondes par exemple, et il fallait qu'elles puissent se répéter en boucle sans que cela s'entende, si le joueur restait deux minutes sur le même lieu".

Pour élaborer les musiques, c'est un véritable studio que possède Dominique Voegele chez lui : plusieurs synthés et des tables de mixage lui permettent de créer n'importe quelle sonorité, grâce à des dizaines de réglages. Sur l'ordinateur, un logiciel pour monter et mixer les différentes "pistes", chacune étant dédiée à un instrument ou un son précis."Une fois qu'on a créé les sons séparés, il faut encore compter une dizaine d'heures pour créer la mélodie d'ensemble sur une minute trente", précise le compositeur.

Les bruitages, des dizaines de combinaisons possibles

Au-delà des musiques, le moindre bruit de pas ou de vent doit aussi être créé à partir de rien. "Au départ, le jeu est sourd et muet car aucun son n'est présent, indique Dominique Voegele. Tout ce que le joueur entend a été fabriqué puis intégré au jeu". Les bruitages sont soit enregistrés réellement à l'aide de micros, soit créés numériquement à partir de banques de sons qui sont ensuite transformés :

Chaque son est fait en plusieurs versions, le jeu choisit de façon aléatoire lequel est diffusé pour éviter que ce soit toujours le même.

Pour une porte qui grince ou un immeuble qui explose par exemple, il est possible d'avoir plusieurs bruitages différents dans chaque cas, afin que l'effet soit plus réaliste. "Au total, précise Dominique Voegele, on peut créer ainsi 50.000 sons pour certains jeux".

Pour une explosion d'immeuble, huit débuts et huit fins de sons peuvent être combinés aléatoirement pour éviter que le bruit soit identique à chaque fois - Radio France
Pour une explosion d'immeuble, huit débuts et huit fins de sons peuvent être combinés aléatoirement pour éviter que le bruit soit identique à chaque fois © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait