Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

Savigny-lès-Beaune : une jeune Américaine teste un savon au Chambolle-Musigny

-
Par , France Bleu Bourgogne

Jennifer Ahn, jeune américaine de 33 ans qui vit en Bourgogne depuis quelques années a décidé de lancer sa société, une savonnerie artisanale. C'est durant le confinement que l'idée a mûri dans son esprit alors que son contrat dans une entreprise d'import-export en vins se terminait.

Jennifer est arrivée en Bourgogne en 2012, le confinement et la crise de la covid-18 lui ont donné envie de développer sa savonnerie à Savigny-lès-Beaune où elle habite
Jennifer est arrivée en Bourgogne en 2012, le confinement et la crise de la covid-18 lui ont donné envie de développer sa savonnerie à Savigny-lès-Beaune où elle habite - FaceBook

Un nouveau commerce à Savigny-lès-Beaune. Un commerce d'un genre un peu particulier. Jennifer Ahn, une jeune américaine de 33 ans, a monté fin juillet une entreprise de cosmétiques sous le statut d'auto-entrepreneuse.

Du Chambolle-Musigny dans du savon ! Les explications de Jennifer Ahn

"La soaperie de Savigny"

Cette entreprise, une savonnerie, elle l'a baptisée logiquement, aux vues de ses origines "La soaperie de Savigny". Le terme "soap" venant de l'anglais et désignant "le savon". A terme, Jennifer compte développer une gamme complète de cosmétiques, des savons donc mais également des shampoings et après-shampoings solides ou encore des crèmes.

Chimiste de formation

Jennifer originaire de Philadelphie est chimiste de formation. Elle est venue en France une première fois en 2008 pour suivre un stage intensif de Français durant 4 mois. Quelques années plus tard en 2012, elle est revenue et a posé ses valises en Bourgogne. 

Jennifer est arrivée en Bourgogne en 2012, ici la photo est prise dans les vignes de Savigny
Jennifer est arrivée en Bourgogne en 2012, ici la photo est prise dans les vignes de Savigny - FaceBook

Elle espère pouvoir vivre de son commerce éthique

Jusqu'à cet été elle travaillait pour une boîte d'import-export de vins en CDD. Son contrat arrivant à son terme, l'Américaine, désormais au chômage, a décidé fin juillet de lancer sa "soaperie". Elle espère pouvoir vivre de cette activité d'ici quelques temps.

Le confinement lui a permis d'expérimenter ses recettes

D'autant que derrière la démarche commerciale, se cache un vrai projet de vie. La jeune femme souhaite développer des produits vertueux et plus respectueux de la planète. "En fait pendant le confinement j'avais beaucoup de temps pour expérimenter plein de choses. Depuis un certain temps je fabriquais des cosmétiques à la maison parce que j'en avais un peu ras-le-bol de consommer des choses qui contenaient des ingrédients que je n'aimais pas". Tous les ingrédients utilisés sont bio et le but c'est aussi de produire zéro déchets.

Une formation chez un grand parfumeur Français

Jennifer s'est tellement intéressée au sujet qu'elle s'est renseignée sur internet pour suivre des formations. Elle s'est même rendue chez Fragonard, le célèbre parfumeur de Grasse dans les Alpes-Maritimes. De retour en Bourgogne elle a testé ses produits sur des amis c'est par la suite qu'elle a décidé de se lancer dans la fabrication. 

En stage chez Fragonard
En stage chez Fragonard - FaceBook

Des savons produits à la maison

Ses savons, sont produits dans son atelier à l'arrière de sa maison. Ils sont donc sains et naturels explique Jennifer. Certains d'entre eux contiennent même des matières premières très locales. "J'ai fait un test il y a quelques semaines, j'ai utilisé un Chambolle-Musigny. Cela s'est très bien passé, j'ai bien aimé le produit fini" dit-elle dans un sourire. 

Une production confidentielle mais des raisons d'espérer

Pour l'instant la production de Jennifer reste confidentielle. Elle n'a vendu que 150 savons à 7 euros depuis fin juillet. Mais elle espère accroître sa clientèle et clin d’œil du destin, elle vient de décrocher un "contrat" dans son pays d'origine. "Je viens de recevoir une commande des Etats-Unis, je dois l'expédier aujourd'hui (mardi ndlr.) !"

Quelques uns des savons de Jennifer
Quelques uns des savons de Jennifer - FaceBook
Quelques uns des savons de Jennifer
Quelques uns des savons de Jennifer - FaceBook

Où trouver ses produits ?

A terme, Jennifer imagine développer la vente en ligne, mais pour l'instant, c'est dans une dépendance de son jardin qu'elle vend sa production. Si vous êtes intéressés ou simplement curieux vous pouvez contacter Jennifer au 06 52 18 43 42 ou par courriel : lasoaperiedesavigny@gmail.com 

Jennifer Ahn invitée de la relance éco de France Bleu Bourgogne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess