Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Stéphanie, l’enfant brûlée à Ugine il y a 40 ans, a retrouvé son sauveur en Isère

L’appel de Stéphanie Moemann sur France Bleu Pays de Savoie, dans la presse régionale et sur les réseaux sociaux a été entendu. Elle a retrouvé son sauveur, un Isérois, qui n’avait jamais oublié ce drame et la petite fille qu’il avait sorti des flammes.

Stéphanie et son mari - Page facebook de Stéphanie
Stéphanie et son mari - Page facebook de Stéphanie -

Stéphanie est encore sous le coup de l’émotion. Elle vient de raccrocher avec l’épouse de l’homme qui lui sauvé la vie, il y a 40 ans. Elle l'a retrouvé après l'appel lancé dans plusieurs média en Pays de Savoie dont France Bleu.

Il souhaite garder l’anonymat mais cet homme qui habite aujourd’hui en Isère n’a jamais oublié ce qui s’est passé avec la petite fille, le 3 décembre 1978. Stéphanie a alors quatre ans, elle est dans une voiture, elle joue avec un briquet et ses habits s’enflamment. Le jeune garçon l’avait sorti du véhicule et l’avait recouverte de son blouson pour éteindre les flammes. 

"Ça été un moment intense de se parler. Quand il m’a vue sur les photos dans la presse, il m’a tout de suite reconnue" — Stéphanie 

Stéphanie a longuement parlé avec l'épouse de son sauveur ce mardi matin. 

Cette dernière raconte qu'il n’a jamais eu l’impression d’avoir fait un acte héroïque, mais "simplement quelque chose de normal". En revanche cet événement l’a fortement marqué. "Il a conservé tous les articles de journaux de l’époque, son blouson brûlé et le mot de la mairie d’Ugine qui le remerciait pour sa bravoure". 

Stéphanie explique que cet homme a toujours parlé de ce qui s’est passé à Ugine à sa famille "avec ses deux petites filles il a toujours été très inquiet par rapport aux briquets ou aux allumettes". 

"On va garder contact et peut être se rencontrer" — Stéphanie

Stéphanie le répète encore et encore. "Je suis vraiment très heureuse. Ça fait 40 ans que je pensais à ce drame tous les jours et que je pensais à lui. Je pense qu’on va garder contact et qu’on pourra même se voir, se rencontrer. Mais pas encore, il faut le temps de digérer toutes ces émotions". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess