Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Témoignage : Claude Gascoin le petit garçon au béret photographié avec le Général de Gaulle

Cela fait cinquante ans ce lundi 9 novembre que le Général de Gaulle est décédé. Le caennais Claude Gascoin était présent en juin 1944 dans les rues de Bayeux lors de son retour en France, après le Débarquement de Normandie. Il raconte.

Claude Gascoin figure dans plusieurs livres d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale.
Claude Gascoin figure dans plusieurs livres d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale. © Radio France - Raphaël Aubry

Un jeune garçon de dix ans aux côtés du Général de Gaulle dans les rues de Bayeux. Le 14 juin 1944, le futur premier Président de la cinquième République avait choisi la ville normande pour son premier déplacement en France, après le Débarquement de Normandie. Plusieurs photos connues rappellent ce moment dans des rues remplies par la foule.  Sur certaines, il est possible de voir Claude Gascoin juste à côté de Charles de Gaulle. Le caennais a aujourd'hui 87 ans et se rappelle très bien de ce jour historique. Il a accepté de se replonger dans ses souvenirs.

Tombé par hasard sur le cortège 

Originaire de Bazenville dans le Calvados, à quatre kilomètres de la côte, le jeune garçon avait été confié par ses parents à son oncle de Bayeux "par sécurité" après l'arrivée des alliés. "Au début de l'après-midi, me voilà donc parti comme tous les jours me promener dans la ville voir les soldats. Et après avoir descendu la rue de la juridiction, me voilà au début de la rue Saint-Martin", explique le retraité. À ce moment-là, il tombe sur une foule. Un cortège descend la rue avec des militaires gradés à l'avant. Les habitants de Bayeux chantent la Marseillaise, certains s'embrassent, s'enlacent... 

En juin 1944, Claude Gascoin avait tout juste 10 ans et ignorait avec qui il marchait ce jour là.
En juin 1944, Claude Gascoin avait tout juste 10 ans et ignorait avec qui il marchait ce jour là. - Raphaël Aubry

Claude décide de se joindre à la fête : "J'étais intrigué, alors je me suis mis juste devant à côté des militaires et il y avait un grand homme très imposant", explique-t-il. Ce dernier se nomme bien sûr Charles de Gaulle, accueilli les bras ouvert par les Français. Le petit Normand décide donc de marcher juste à côté du chef de la France Libre. "Il mettait sa main sur mes épaules et touchait le béret que je portais", sourit Claude Gascoin. Plusieurs photographes sont présents et immortalisent la scène. 

"Le roi d’Angleterre" à Bayeux ?

En réalité, le jeune garçon n'a aucune idée de qui est De Gaulle. La radio avait annoncé quelques heures auparavant la venue du Général à Bayeux, mais du haut de ses 10 ans, Claude pensait lui "au roi d'Angleterre". C'est quelques mois plus tard, en octobre 1944, qu'on lui a expliqué à l'école son rôle pendant la Guerre. "Le directeur m'avait convoqué je me souviens. Je n'en revenais pas."

Le retraité compte léguer au Mémorial de Caen ses nombreux archives sur ce jour historique.
Le retraité compte léguer au Mémorial de Caen ses nombreux archives sur ce jour historique. © Radio France - Raphaêl Aubry

Claude Gascoin a décidé de retranscrire son témoignage sur papier pour que "ce ne soit pas oublié". Il a aussi récupéré un grand nombre des photos et d'articles de presse de cette journée. Cet ancien gérant d'hôtel ne s'est jamais défini comme "gaulliste". Ce qui lui plaisait le plus chez Charles de Gaulle c'était la "simplicité" du personnage, mais aussi son côté "franc". 

Les chemins des deux hommes ne se sont croisés que quelques minutes, mais Claude se souvient des moindres détails. On lui en parle forcément très souvent. "Je suis encore invité à des cérémonies", continue le Caennais. Et hasard ou non de l'histoire, le retraité vit aujourd'hui juste en face du Mémorial de Caen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess