Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO - Tom Wingefeld, le Tarnais qui vivait au pied du Mur de Berlin

-
Par , France Bleu Occitanie

Une exposition au musée Raymond Lafage de Lisle-sur-Tarn est consacrée au trentième anniversaire du mur de Berlin. Elle a été montée par un habitant de Rabastens qui raconte ces jours historiques. Une sorte de "devoir de mémoire" selon lui.

L'exposition de Tom Wingefeld à Lisle-sur-Tarn.
L'exposition de Tom Wingefeld à Lisle-sur-Tarn. © Radio France - SM

Lisle-sur-Tarn, France

Né en 1962, un an après la construction du Mur, Tom Wingefeld a vécu toute son enfance à quelques mètres de ce mur, dans le sud de Berlin-Ouest. Il a vécu la folie de la chute du Mur, lui dont les  grands-parents et parents ont toujours vécu à Berlin. Le 9 novembre, il est en Autriche à Vienne pour le travail et fait les 600 km pour revenir dans la nuit et assister à quinze jours de folie. Il pose pour cela des vacances. Tout petit, il était  aussi sur les épaules de son père quand John Fitzgerald Kennedy est venu à Berlin. 

Un petit bout du mur  - Radio France
Un petit bout du mur © Radio France - SM

Centaines de coupures de journaux 

Tom Wingefeld raconte ses journées qui ont changé le monde dans une exposition au musée Raymond Lafage de Lisle-sur-Tarn. Une expo qu’il a commencé à monter quelques années à peine après 1989. Il était alors parisien. Et ses amis lui demandaient à chaque fois de raconter ces journées folles où le Mur est tombé. Lui avait gardé des centaines de coupures de journaux, en français, en allemand, en anglais. Une première expo qu’il a accroché dans son petit appartement. Elle s’est étoffée avec notamment une bande son rock qui colle à ces nuits où il a oublié de dormir pendant deux semaines. 

Des cartes pour montrer l’isolement

Tom Wingefeld a également fait agrandir des cartes qui montrent l’isolement qu’il a vécu toute son enfance et sa jeunesse. "Nous étions libres, mais nous étions enfermés dans un îlot." dit il.  Des cartes qui disent aussi ce territoire inconnu à 100 mètres de chez lui, de l’autre côté du Mur. "Les 15 jours après la chute, j’ai exploré des endroits jamais vus à deux pas de chez moi."

Dans cette expo, on voit aussi des vidéos qui arrivent encore à émouvoir l’ex-Berlinois qui habite désormais Rabastens depuis 13 ans. Celle du porte-parole du parti qui dit en bafouillant qu’on peut immédiatement passer à l’ouest et qui déclenche tout. Ou encore la fin du concert de Joe Cocker, où la foule apprend qu’on n’a officiellement plus le droit de tirer sur ceux qui passent à l’ouest

  - Aucun(e)
-

Très émouvant aussi il y a évidemment un petit bout du Mur que Tom a gardé précieusement comme un trésor depuis 30 ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu