Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Tour de France 2018

Tour de France 2018 : "Un jour de Tour, on vend beaucoup, beaucoup de crêpes"

mardi 24 juillet 2018 à 19:03 Par Mathieu Ferri, France Bleu Béarn et France Bleu Occitanie

Comme presque tous les ans, Alain va voir passer le Tour de France devant son chalet des Pyrénées, ce mercredi, entre Luchon et Saint-Lary. En haut du col de Peyresourde, il vend des crêpes aux randonneurs et aux cyclistes amateurs de passage.

Alain Viguerie près de son chalet, en haut du Col de Peyresourde
Alain Viguerie près de son chalet, en haut du Col de Peyresourde © Radio France - Mathieu Ferri

Col de Peyresourde, Loudervielle, France

Lui, ce qu'il préfère, c'est le calme de la montagne au petit matin. Mais les jours de Tour de France, Alain Viguerie fait quand même "le job" en haut du col de Peyresourde.

Depuis plus de quarante ans, avec sa famille, il cuisine des tonnes et des tonnes de crêpes, dans son chalet au bord de la route, à la frontière de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées. Avec un tarif imbattable : 60 centimes la crêpe.

Et les jours de Tour de France, évidemment, c'est spécial. "C'est jamais pareil" confesse cependant Alain, "tout dépend de la météo" et de l'emplacement du col sur l'étape. Cette année, le Peyresourde est le premier gravi par les coureurs entre Luchon et Saint-Lary, mais "y'aura toujours un petit peu de monde" pense Alain. 

"Des crêpes, on en fait beaucoup, beaucoup, beaucoup" raconte le montagnard, même si le jour du Tour n'est pas forcément le plus prolifique pour lui. Il raconte cuisiner un bon millier de crêpes certains jours de l'été, pour les cyclistes amateurs ou les randonneurs. Sans avoir besoin des coureurs ou de la caravane publicitaire.

"Moi ce qui m'intéresse, c'est plus tout l'été que le jour du Tour de France" confesse Alain, un brin blasé par l'enthousiasme trop débordant de certains spectateurs. "Mais si le Tour permet aux gens de se parler, de se sourire, de s'approcher, et de faire vibrer la corde humaine, ça m'intéresse quand même".