Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Tours : deux pélerins bretons ont parcouru 2500 kms sur le Chemin de Saint Martin

mercredi 25 juillet 2018 à 8:39 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Touraine

2500 kilomètres parcourus entre Szombathely en Hongrie ville natale de Saint Martin et Tours, la ville dont il fut l’Évêque au IVème siècle : c'est l'aventure qu'ont vécu pendant trois mois deux retraités bretons. Ils sont arrivés mardi 24 juillet à Tours, heureux de cette aventure à travers 4 pays.

Michelle et Alain Quéau lors de la réception en leur honneur à l'Hôtel de ville de Tours après 3 mois de marche sur le Chemin de Saint Martin
Michelle et Alain Quéau lors de la réception en leur honneur à l'Hôtel de ville de Tours après 3 mois de marche sur le Chemin de Saint Martin © Radio France - Marie-Ange Lescure

Tours, Indre-et-Loire, France

Ils s'appellent Michelle et Alain Quéau (67 ans tous les deux), ils sont originaires d'un village proche de Quimper (Guengat) et ils ont été accueillis quasiment en héros mardi soir 24 juillet à l'hôtel de ville de Tours.

Ils ont achevé un périple de 3 mois et de plus de 2500 kms entre Szombathely en Hongrie, la ville natale de Saint Martin, et Tours la ville dont il fut l'évêque au IV siècle.

Une aventure pour ces marcheurs habitués aux chemins de pèlerinage

L'aventure a commencé le 26 avril près de Quimper un peu par hasard. Autant le couple de retraités bretons connaissaient  les Chemins de Compostelle pour les avoir déjà plusieurs fois parcourus, autant c'est par hasard et grâce à internet qu'ils ont découvert le Chemin de Saint Martin. 

Ces deux sportifs ont embarqué par le train puis l'avion jusqu'en Hongrie avant d'entamer à pied trois mois de marche. Avec une difficulté : le peu de balisage du Chemin et le manque d'hébergement pour les pèlerins. Les journées de marche étaient donc plus ou moins longues : 20, 30 et même parfois 40 kilomètres, pour trouver un logement. 

Découverte et spiritualité 

Aucune motivation religieuse dans leur décision de parcourir le Chemin de Saint Martin, d'abord le plaisir de la découverte de 4 pays : la Hongrie, la Slovénie, l'Italie et la France : "la découverte aussi des gens, de la gastronomie" précise Michelle Quéau. Pour Alain, il y a aussi ce qu'il appelle la spiritualité "car lorsque vous marchez" dit il " vous pouvez faire le point dans votre tête ou bien aussi ne penser à rien et faire un grand vide". 

Ils gardent aussi des souvenirs mitigés de leur voyage : Alain n'a pas aimé Venise et "son tourisme de masse", Michelle, elle, a été séduite par la Sérénissime. Mais leur éblouissement commun : "le grandiose du top du top" ce fut dans les Alpes au col du Petit Saint Bernard "à la sortie d'un tunnel, voir le Mont Blanc en face de vous, on pouvait presque le toucher" se souvient Michelle Quéau. 

La finale du Mondial de foot sur le Chemin de Saint Martin 

Pour autant sur le chemin de Saint Martin,  ils n'ont pas été totalement coupés du monde, ils ont même fait la fête le jour de la victoire des bleus au Mondial :" on a fait la fête dans un petit village qui s'appelle Saint Pierre de Maillé dans la Vienne. On s'est couché vers minuit" précise Alain. "Mais le lendemain on était debout à 6 heures pour reprendre le Chemin à 7 heures" ajoute Michelle 

Prochain objectif et chemin celui de Saint François d'Assise de Vézelay dans l'Yonne à Assise en Italie seulement disent ils 1200 kms.