Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois mois et demi qu'on attendait ça : on vous raconte notre virée au stade nautique !

Trois mois et demi qu'on rongeait notre frein, en essayant d'autres sports : gym, yoga, pilates, même du footing ! Mais nous ce qu'on voulait c'était nager, faire des brasses, des battements. Le stade nautique de Caen a rouvert ce lundi et on s'est glissé dans l'eau avec délice. On vous raconte.

Masque obligatoire jusqu'au bord du bassin, bonnet vissé sur la tête, nager n'a jamais été aussi glamour..!
Masque obligatoire jusqu'au bord du bassin, bonnet vissé sur la tête, nager n'a jamais été aussi glamour..! © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Le sac de piscine traîne dans un coin depuis le 14 mars. Avant de partir, j'essaye de ne rien oublier : bonnet, maillot, carte d'accès, serviette, crème solaire... c'est bon, j'ai tout ! Rendez vous à 13 heures avec Lucie devant la piscine. Première (bonne) surprise : il n'y a que nous ! Facile, on va rentrer comme dans du beurre. "Madame, votre masque ?" m'arrête le vigile. Oups... Le masque ! J'ai oublié le masque.

Affichettes et autocollants partout dans le stade nautique rappelent aux nageurs les règles à respecter.
Affichettes et autocollants partout dans le stade nautique rappelent aux nageurs les règles à respecter. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Heureusement Lucie en a une pochette entière dans le sac. Premier écueil surmonté, direction les vestiaires. Sans oublier bien sûr de prendre une noix de gel hydro alcoolique avant de passer les portillons. Ma carte ne passe pas. Engourdie par trois mois et demi d'inactivité ? Non juste enduite de gel hydroalcoolique, le lecteur ne la reconnait plus. 

Protocole sanitaire oblige, une grande partie des casiers a dû être condamnée.
Protocole sanitaire oblige, une grande partie des casiers a dû être condamnée. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Une fois les affaires déposées dans un des rares casiers non condamnés, nous voilà prêtes, bonnet sur la tête. Passage par la douche obligatoire et on peut y aller ! Ah non, le masque, il faut enlever le masque. Mais les oreilles sont dans le bonnet, et les liens du masque sont derrière les oreilles. Cette sortie à la piscine va finir par devenir presque aussi compliquée qu'une épreuve d'orientation à Koh Lanta.

Mais ici ce n'est pas Denis Brogniart qui nous explique ce qu'on doit faire, c'est un maître nageur. "On ne nage que dans un sens, vous descendez par exemple la ligne d'eau numéro 1, et vous remontez par la 2". On a tout compris. "Je vais juste vous emprunter une planche ?" "Ah désolé madame, on ne prête pas de matériel en ce moment". "Bien sûr ! Où avais-je la tête ?" (Sous mon bonnet, derrière mon masque et manifestement toujours en confinement).

Un bassin pratiquement vide et un ciel bleu, les nageurs du stade nautique n'auraient pas pu rêver meilleures conditions de reprise.
Un bassin pratiquement vide et un ciel bleu, les nageurs du stade nautique n'auraient pas pu rêver meilleures conditions de reprise. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Allez 3 - 2 - 1, c'est parti ! Le bassin est pratiquement vide. Pour qui connait le stade nautique et y nage régulièrement, c'est suffisamment rare pour être souligné. Le ciel a décidé d'accompagner ce moment de félicité :  il est d'un bleu magnifique. On glisse dans l'eau, c'est tellement agréable. Tellement... qu'on en oublie qu'on a rien fait, ou pas grand chose, pendant trois mois. Mais une petite douleur à la cuisse vient rapidement nous le rappeler. Le but n'étant pas de se blesser aujourd'hui, mais bien de revenir le plus vite possible (maintenant qu'on a tout compris), on ne force pas, on savoure et on se dit que le déconfinement a vraiment du bon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu