Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Un agriculteur de la Sarthe relance le cornichon français

mercredi 3 août 2016 à 18:27 Par Christelle Caillot, France Bleu Maine

Olivier Corbin, agriculteur à Dollon, s'est associé avec le groupe Reitzel pour relancer la production de cornichons français. Pour la première année, il espère une production de 35 tonnes. La cueillette a lieu en ce moment.

Olivier Corbin, dans son champ de cornichons français
Olivier Corbin, dans son champ de cornichons français © Radio France - Christelle Caillot

Dollon, France

Chez les Corbin, on est agriculteur depuis trois générations, à Dollon, en Sarthe. Les grands-parents d'Olivier ont produit des cornichons français ainsi que ses parents, mais dans les années 90, ce n'est plus rentable à cause de la concurrence de l'Inde et des pays de l'Est. Aujourd'hui Olivier Corbin s'est associé avec un industriel, le groupe Reitzel, qui lui achète toute sa production.

De la graine au pot en verre "made in France"

En mai dernier, Olivier Corbin a fait semer ses graines en pépinière puis tout a été planté dans un champ de trois hectares et demi en mai dernier avec un système de paillage et d'arrosage automatique. Mais avant de se lancer dans ce projet,  cet agriculteur a voulu avoir des garanties de vente. C'est ainsi qu'il s'est associé avec le groupe Reitzel. Du coup, une fois cueillis, les cornichons partent à l'usine de conditionnement "Charles Christ" du groupe Reitzel à Connerré. Les cucurbitacées seront ensuite conditionnés dans des pots en verre et en vente dans toute la France à partir de septembre sous la marque "le jardin d'Orante". Il y aura deux calibres : les petits au vinaigre et les gros avec une sauce aigre douce. Un packaging bleu, blanc, rouge, sera effectué afin de bien montrer aux consommateurs que ce sont des cornichons français. Pour la première année, Olivier Corbin espère une production de 35 tonnes soit 200.000 pots. "J"ai hâte de goûter mes cornichons , car je suis sûr qu'il y aura une vraie différence de goût avec ceux des autres pays" nous a confié Olivier Corbin.

Les cornichons français de l'exploitation d'Olivier corbin à Dollon  - Radio France
Les cornichons français de l'exploitation d'Olivier corbin à Dollon © Radio France - Christelle Caillot

Entre 19 et 35 saisonniers pour la cueillette

Pendant les deux mois de l'été (juillet/août), entre 19 et 35 saisonniers travaillent cinq heures par jour le matin. Un travail très physique. La plupart des saisonniers ont des ceintures de maintien pour se protéger le dos. Julie fait partie des saisonniers; elle reconnait que c'est un travail physique, mais vu qu'il y a une très bonne ambiance dans le groupe, tout se passe bien. Les saisonniers ont été recrutés par le bouche à oreille, ils sont payés au Smic et ceux qui ramassent un peu plus auront droit à une petite prime.

Deux saisonnières qui ramassent les cornichons français à Dollon - Radio France
Deux saisonnières qui ramassent les cornichons français à Dollon © Radio France - Christelle Caillot

Des débuts timides mais prometteurs

Relancer le cornichon français est un pari osé car il n'y en avait plus depuis les années 90. Ce projet a pu se faire grâce à un partenariat. En s'associant avec le groupe Reitzel, Olivier Corbin est sur d'écouler la totalité de sa production. Pour la première année, cela représentera 35 tonnes soit 200.000 pots. Et 35 tonnes, c'est seulement 0,3% des ventes de cornichons en France. Mais si tout se passe bien, l'agriculteur de Dollon pourrait doubler sa surface de culture et passer ainsi à sept hectares dès l'année prochaine.