Insolite

Un bouquetin-alpiniste aperçu dans l'immense face Sud de la Meije

Par Lionel Cariou, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 10 août 2017 à 6:00

Le guide de haute-montagne Julien Désécures a eu le temps de sortir son appareil photo (copyright Julien Désécures)
Le guide de haute-montagne Julien Désécures a eu le temps de sortir son appareil photo (copyright Julien Désécures) - Julien Désécures

C'est une drôle de rencontre qu'ont faite plusieurs cordées d'alpinistes dans la face Sud de la Meije (3.973 mètres), une paroi rocheuse très raide haute de 800 mètres. Un jeune bouquetin se promenait dans une voie d'escalade. Le guide de haute-montagne Julien Désécures a pu le photographier.

On le savait bon grimpeur, il est un alpiniste confirmé ! Un jeune bouquetin a été aperçu dans un endroit inhabituel, la face Sud de la Meije (Écrins, 3.973 mètres). Cette immense paroi rocheuse de 800 mètres de haut sur près de 2.000 de large est un monument de l'histoire de l'alpinisme. Les premiers à l'avoir gravie en 1912 se nomment Angelo Dibona et Guido Mayer, deux solides Italiens auteurs de nombreuses ascensions dans le massif.

Et c'est justement dans cette voie historique que l'animal a été aperçu le 4 août dernier. Frédi Meignan, le gardien du refuge du Promontoire (3 092 mètres) a mené l'enquête et recueilli les témoignages de plusieurs cordées engagées dans la face Sud ce jour-là. Il les a publiés sur le blog du refuge du Promontoire.

Le bouquetin a été aperçu à 3 700 mètres d'altitude environ (copyright Julien Désécures) - Aucun(e)
Le bouquetin a été aperçu à 3 700 mètres d'altitude environ (copyright Julien Désécures) - Julien Désécures

L'animal photographié et filmé par un guide

L'un des alpinistes, Julien Désécures, un guide de haute-montagne qui partage son temps entre Passy (Haute-Savoie) et Grenoble (Isère), raconte qu'il se trouvait dans la deuxième partie de l'ascension à environ 150 mètres du sommet de la 3ème dent de la Meije, dans la fameuse voie Dibona-Mayer, quand il a vu des pierres tomber. Le bouquetin, un jeune, se trouve alors à 50 mètres du guide. Ce dernier continue à grimper jusqu'à arriver à moins d'une vingtaine de mètres du quadrupède.

C'est un endroit à la fois très raide, austère, très vertigineux, c'est quasiment vertical (...). Le bouquetin avait l'air assez bien, assez tranquille ! C'était plutôt sympathique de rencontrer un animal à cet endroit" - Julien Désécures, guide de haute-montagne

Le bouquetin se trouvait dans la voie Dibona-Mayer, dont le tracé figure en noir sur la photo (schéma de Christophe Moulin) - Aucun(e)
Le bouquetin se trouvait dans la voie Dibona-Mayer, dont le tracé figure en noir sur la photo (schéma de Christophe Moulin) - Christophe Moulin

Le guide a eu le temps de sortir son appareil photo pour saisir la scène. La vidéo qu'il a tournée donne une idée de l'ambiance qui règne dans cette imposante paroi.

Gérard Turc, guide de haute-montagne à La Bérarde et ancien gardien du refuge du Châtelleret, confirme que la présence d'un bouquetin dans la face Sud de la Meije est plutôt surprenante, d'autant que le vallon des Étançons, qui rejoint le pied de la Meije, ne fait pas partie du territoire de l'animal. Il souligne par ailleurs l'agilité des bouquetins et le "pouvoir d'adhérence" de leurs sabots : "Les bouquetins se déplacent lentement, tout en finesse". Adbou Martin, un guide de La Grave (Hautes-Alpes), en aperçoit régulièrement quand il grimpe dans les Cerces.

Je suis sidéré par les qualités rochassières de ces animaux. Ils sont d'une agilité... bien plus que les chamois ! - Abdou Martin, guide de haute-montagne à La Grave

Ces deux professionnels de la montagne, tout comme le gardien du Promontoire, n'avaient en tout cas jamais entendu parler d'un bouquetin dans la face Sud de la Meije avant le 4 août. "Depuis, écrit Frédi Meignan sur le blog de son refuge, nous scrutons aux jumelles la face Sud de la 3ème Dent, nous avons perdu la trace du Bouquetin Dibona". "Dibona" qui confirme s'il en était besoin que le bouquetin est un formidable montagnard. Reste maintenant à l'oberserver, pourquoi pas, au sommet de la Meije.

EN SAVOIR PLUS : l'implantation des bouquetins dans le Parc national des Écrins