Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Un gâteau basque envoyé à près de 39 km au-dessus de nos têtes

mercredi 24 octobre 2018 à 19:42 Par Valérie Menut et Jacques Pons, France Bleu Pays Basque

Cinq étudiants ingénieurs de l'ESTIA (à Bidart) ont envoyé ce mercredi après-midi un petit gâteau basque dans la stratosphère au moyen d'un ballon gonflé à l'hélium. Des travaux pratiques transformés en véritable opération de communication : ou quand la tradition et l'innovation font bon ménage.

Un petit gâteau basque (à la crème) et une caméra dans une nacelle en polystyrène : la capsule est sommaire mais partira bien dans la stratosphère
Un petit gâteau basque (à la crème) et une caméra dans une nacelle en polystyrène : la capsule est sommaire mais partira bien dans la stratosphère © Radio France - Valérie Menut

Anglet, France

Cinq étudiants en 2e et 3e année de l'école d'ingénieurs de Bidart (l'ESTIA) ont concrétisé ce mercredi après-midi un drôle de projet, en envoyant à 38 673 km au-dessus de nos têtes une portion individuelle de gâteau basque accroché à une boîte en polystyrène abritant une caméra et un GPS, le tout accroché à un ballon gonflé à l'hélium. Mais on est loin du bricolage, "c'est de l'ingénierie", détaille Daniel Sourgen, professeur d'électronique de nos cinq étudiants, "tout est dimensionné, tout est conçu. Ce projet fait appel a à peu près toutes les compétences d'ingénieur généraliste que nous enseignons : la mécanique pour estimer la masse de l'ensemble, il a aussi fallu concevoir le bras de la caméra pour obtenir les plus belles images possibles du gâteau avec la Terre et l'espace en arrière-plan. On a également dû prendre en compte les données météo".

Pour la réussite de l'opération, et aussi par mesures de sécurité (hors de question de risquer de causer des dommages sur un avion, ou à la chute), la nacelle et son gâteau pesaient 1,2 kg. Le ballon a été envoyé dans les airs en début d'après-midi, depuis le parking d'un centre commercial d'Anglet qui a saisi l'occasion pour créer une animation avec chants basques et dégustation de gâteau basque. 

Le gonflage du ballon à l'hélium. Au sol, il faisait 2 mètres de diamètre. Sous l'effet de la pression, dans les airs, il a pu atteindre 10 mètres de diamètre. - Radio France
Le gonflage du ballon à l'hélium. Au sol, il faisait 2 mètres de diamètre. Sous l'effet de la pression, dans les airs, il a pu atteindre 10 mètres de diamètre. © Radio France - Valérie Menut

Le drôle d'équipage s'est envoyé en l'air en silence et en douceur, porté par le vent. Il est donc monté jusqu'à près de 39 km d'altitude, parfois à 48 km/h. Le tout était relayé en direct sur les réseaux sociaux. Le ballon a fini par éclater sous la pression. La chute (amortie par un petit parachute) a été plus lente : entre 10 et 20 km/h en moyenne. Selon les organisateurs de l'opération, le gâteau et tout son dispositif ont atterri dans un champ de maïs à Sames, à quelque 30 km à l'Est de son point de lancement.