Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confondu avec un homonyme, un Mosellan déclaré mort par erreur

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Raymond Schmitt, un habitant de Fleury, a été déclaré mort par la préfecture qui l'a confondu avec un homonyme, un autre Mosellan décédé il y a quelques années et qui avait le même nom, même prénom, même jour et même année de naissance.

Raymond Schmitt, chez lui à Fleury, doit prouver qu'il est bien vivant
Raymond Schmitt, chez lui à Fleury, doit prouver qu'il est bien vivant - DS

Voilà l'histoire assez incroyable de Raymond Schmitt, 93 ans, un habitant de Fleury, au sud de Metz. Ce Mosellan a été déclaré mort et il doit prouver qu'il est encore bien vivant ! Il a été confondu avec un homonyme, un autre Mosellan décédé il y a quelques années, né exactement le même jour et la même année que lui.

La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j'étais mort, ça fait un choc !

Raymond Schmitt - celui qui est vivant - a été cambriolé en juin dernier et c'est en faisant refaire ses papiers - sa carte grise - qu'on lui a fait une réponse assez définitive : "La préfecture a répondu que je ne pouvais pas avoir de nouvelle carte grise parce que j'étais mort. J'ai dit 'mais qu'est-ce que c'est que ça', ça fait un choc quand même !

J'ai tout de suite appelé mes parents parce que j'ai eu peur... C'est mon père qui a décroché, j'ai dit "ah, tu es là ?"

Cette situation kafkaïenne a provoqué des sueurs froides au fils de Raymond Schmitt quand il a reçu le mail de la préfecture : "J'ai tout de suite appelé mes parents parce que j'ai eu peur...C'est mon père qui a décroché, j'ai dit, ah, tu es là ? Il m'a demandé pourquoi, je lui ai dit, parce que la préfecture vient de me dire que tu étais mort... Il m'a répondu, écoute, on va faire tout de suite un trou ! Ah ça, il ne perd pas son sens de l'humour, il en rigole !"

Reportage de Cécile Soulé avec Raymond et Denis Schmitt, le père et le fils

De nouveaux documents pour prouver qu'il est bien vivant

Denis Schmitt est en attente d'une nouvelle réponse de la préfecture : il a envoyé tous les documents nécessaires pour prouver que son père était bel et bien vivant, "notamment un certificat de vie, délivré par la mairie de Fleury et un acte de naissance". Raymond Schmitt de son côté toujours vivant et philosophe : "De toute manière, le bon Dieu ne veut pas encore de moi, le diable non plus". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess