Insolite

Un collectif d'artistes à l'origine du faux tract de Nicolas Sarkozy

Par Marina Cabiten et Julie Seniura, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu mardi 29 novembre 2016 à 10:52 Mis à jour le mardi 29 novembre 2016 à 18:04

Le faux tract de Nicolas Sarkozy
Le faux tract de Nicolas Sarkozy © Radio France - Thibaut Lehut

Un tract avec une photo de Nicolas Sarkozy a été trouvé ce mardi matin par de nombreux Parisiens sur leur pare-brise. Ils ont pu y lire ce slogan : "Pour la France, j'y vais quand même".

Étonnement des Parisiens qui ont trouvé sur leur pare-brise mardi matin ce faux tract de campagne, avec une photo de Nicolas Sarkozy et ce slogan sans ambiguïté : "Pour la France, j'y vais quand même". Il s'agit en réalité d'une opération menée par un collectif d'artistes de l'Est de la France.

Une photo officielle détournée

Nicolas Sarkozy, éliminé au premier tour de la primaire de la droite, a-t-il donc décidé de se présenter quand même à l'élection présidentielle ? “Ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui est derrière ça“ a assuré Gérald Darmanin, coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire.

La photo est le portrait officiel de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était à l'Élysée, mais détourée et inversée. Il s'agit d'un "happening artistique" de deux artistes de Nancy, dont le collectif Boijeot.Renauld avait fait la même chose en 2014 à l'occasion des municipales, à Nancy et Metz.

Contacté par franceinfo l'un des artistes explique que 90 bénévoles se sont mobilisés pendant des semaines pour finalement distribuer 145.000 tracts à l'effigie de Nicolas Sarkozy, en une nuit.

Faux slogan mais vrai nom de domaine

Le tract mentionne le véritable compte Twitter de Nicolas Sarkozy ainsi que le hashtag #ToutpourlaFrance, également véritablement utilisé pendant la campagne de la primaire. Quant au slogan "J'y vais quand même", le nom de domaine a été déposé ce matin peu avant 10h comme le relaie le Huffington Post. En milieu de matinée si vous cliquiez sur www.jyvaisquandmeme.fr, cela renvoyait directement sur la page Wikipédia... de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Depuis, le renvoi a été modifié.

Il pointe maintenant sur un billet de blog intitulé "Il n'y aura pas d'élection présidentielle", hébergé par le site Medium mais signé "Anonymes". Le texte appelle à "la constitution d'un contre-espace public et politique, partout en France, qui rende à son caractère dérisoire tout le spectacle décrépit de la politique."

Partager sur :