Infos

Un oiseau à l'école dans les Landes

Par Lisa Melia, France Bleu Gascogne jeudi 1 décembre 2016 à 18:19

Mireille sur le bras de Peïo, élève de l'école élémentaire de Sainte-Foy
Mireille sur le bras de Peïo, élève de l'école élémentaire de Sainte-Foy © Radio France - Lisa Melia

Depuis la rentrée, Mireille, un choucas des tours, rejoint les élèves de l’école élémentaire chaque jour. Elle est devenue la mascotte de la classe et même de tout le village.

"Il faut tout un village pour élever un enfant", dit un proverbe centrafricain. A Sainte-Foy, à côté de Villeneuve, tout le village s’occupe de Mireille, un bel oiseau noir qui s’est pris d’amitié pour les élèves de l’école élémentaire. Chaque jour, ou presque, elle observe la classe, perchée sur la poignée de la porte vitrée qui donne sur la cour de récréation.

"Elle est arrivée il y a trois mois, raconte Peïo, 10 ans, qui habite dans le village. Elle est venue chez moi, puis à l’école. Alors on a décidé de l’appeler Mireille." Au début, la maîtresse et les enfants la prennent pour une corneille. Yaël, "presque 10 ans aussi", se charge de quelques recherches sur Internet avec sa Maman et découvre qu’il s’agit en fait d’un choucas des tours, un oiseau qu’on ne trouve pas, normalement, dans le département des Landes. "Mireille est tout à fait apprivoisée", précise l’ornithologue amateur.

La mascotte du village

Très sociable, comme tous ses congénères, Mireille se pose volontiers sur les bras des élèves, elle chante avec eux, elle répond à leurs appels, voire leur donne de petit coups de becs pour manifester sa mauvaise humeur… "Quand on joue au foot, elle vient avec nous et elle se pose sur la barre transversale", affirme Nicolas, qui a eu du mal à convaincre ses copains du club de rugby qu’un oiseau venait à l’école.

L’oiseau qui voulait apprendre n’a pas le droit de pénétrer dans la salle de classe, mais les élèves s’occupent bien de leur camarade à plume. "On lui donne parfois à manger, explique Mélissendre. Des framboises, des noisettes et des petits cailloux. Ça aide son estomac à broyer les aliments." Le reste, comme les insectes, elle les trouve elle-même, car les choucas sont omnivores.

Le soir, après la classe, Mireille raccompagne même certains élèves jusqu’à la maison et rend visite à tout le monde. En quelques mois, elle est devenue "la mascotte du village", conclut Peïo.

Partager sur :