Insolite

Un pas de plus pour la future maison de retraite pour éléphants, en Haute-Vienne

Par Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu mercredi 21 septembre 2016 à 17:00

Des éléphants pourraient bientôt venir passer leurs vieux jours dans un sanctuaire installé à Bussière Galant
Des éléphants pourraient bientôt venir passer leurs vieux jours dans un sanctuaire installé à Bussière Galant © Maxppp - Sander Koning

Le couple belge qui porte le projet Elephant Haven a déposé ce mercredi une demande de permis de construire afin de bâtir la première étable destinée à accueillir deux à trois pachydermes, à Bussière-Galant. En attendant la réponse, d'ici deux mois, d'autres travaux continuent.

C'est un grand jour pour Sofie Goetghebeur et Tony Verhulst, un couple d'anciens soigneurs du zoo d'Anvers, en Belgique. Ce mercredi ils ont déposé à la mairie de Bussière-Galant leur demande de permis de construire pour le projet Elephant Haven. Deux importants dossiers sont aussi en cours d'instruction pour obtenir l'autorisation d'ouvrir leur maison de retraite pour éléphants. Dans ce sanctuaire, ils espèrent accueillir dès l'an prochain un ou deux pachydermes en fin de carrière qui leur seraient confiés par des cirques.

Un projet qui avance grâce aux bénévoles

Le groupe de bénévoles venu construire la clôture d'enceinte, cet été - Aucun(e)
Le groupe de bénévoles venu construire la clôture d'enceinte, cet été - © Elephant Haven

Le groupe de bénévoles venu construire la clôture d'enceinte, cet été - © Elephant Haven

Cet été, une vingtaine de personnes, venues de plusieurs pays, ont commencé à installer une clôture d'enceinte autour des 29 hectares de terrain. Et s'il reste encore pas mal de piquets à planter, des voisins et des amis viennent aussi ponctuellement aider le couple qui porte le projet. En ce moment, un gyrobroyeur tourne aussi à plein régime pour débroussailler et nettoyer le site. Un engin offert par une société de matériel agricole. Des câbles d'acier capables de retenir les éléphants à l'intérieur de leur enclos sont aussi arrivés de Belgique. Ils ont été donnés par une entreprise spécialisée et acheminés gratuitement par un transporteur qui voulait apporter sa pierre à l'édifice. La prochaine étape c'est donc de construire l'étable, à partir d'un bâtiment déjà existant mais qu'il faut fermer et surtout sécuriser.

Des réserves de fourrage commencent aussi à être constituées pour nourrir les éléphants. 38 bottes de foin sont déjà à l'abri, grâce à l'aide d'un agriculteur de Bussière-Galant qui a cultivé un champ sur le terrain d'Elephant Haven.

Partager sur :