Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un petit singe Tamarin de Goeldi est né à la réserve zoologique de Calviac en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

La réserve zoologique de Calviac en Dordogne a annoncé ce lundi la naissance d'un Tamarin de Goeldi. C'est le cinquième petit singe de cette espèce né dans la réserve.

Le petit Tamarin restera sur le dos de sa mère ou de son père le temps de devenir indépendant.
Le petit Tamarin restera sur le dos de sa mère ou de son père le temps de devenir indépendant. - Réserve zoologique de Calviac

C'est sur sa page Facebook que la réserve zoologique de Calviac l'a annoncé. Un petit Tamarin de Goeldi est né le 26 mars dernier dans le parc du Sud de la Dordogne. "Déjà bien éveillé, il reste tout de même fermement accroché sur le dos de sa maman",  indique l'établissement spécialisé dans l'accueil d'espèces en voie de disparition. L'espèce, qui évolue initialement dans les forets tropicales d'Amérique du Sud, détient le statut d'animal "vulnérable à l'état sauvage". De la taille d'un petit écureuil, l'animal pèse environ 350 grammes à l'âge adulte.

Un petit singe Tamarin de Goeldi est né à la réserve zoologique de Calviac en Dordogne

Un vote pour déterminer le nom de l'animal

Pour le moment, le sexe et le poids du petit singe sont toujours inconnus. Les équipes de la réserve limitent, pour le moment, toute perturbation de la petite famille de quatre enfants. Le nouveau petit Tamarin devrait être capturé courant juin pour pouvoir être observé. La réserve indique qu'elle organisera un vote sur les réseaux sociaux pour déterminer le nom de l'animal.

Une reproduction optimiste

L'espèce, classée "vulnérable" par l'Union internationale pour la conservation de la nature, se reproduit de manière optimiste. Sa lignée pourrait même paraître "trop représentée", selon Emmanuel Mouton, directeur de l'établissement. Le coordinateur du programme d'élevage européen pour les espèces menacées (EEP) pourrait même décider de stopper la reproduction pour des raisons liées aux capacités d'accueil. Un implant contraceptif, temporaire et réversible, pourrait être posé à la mère. 

Pour voir cet animal, il va falloir s'armer de patience. Les établissements zoologiques de plein air ne rouvriront pas au public avant la mi-mai. La réserve zoologique de Calviac prévoit tout de même de présenter les naissances des derniers mois sur ses réseaux sociaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess