Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un portefeuille perdu à Nancy en 1933 retrouvé en parfait état

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

C'est une famille entière qui a pu se replonger dans de beaux souvenirs à Nancy. Ce samedi, les descendants de Jean Poirot, résistant et docteur vosgien, ont reçu le portefeuille de ce dernier. L'objet avait été perdu à la bibliothèque Stanislas en 1933 puis retrouvé cet été, soit 86 ans plus tard.

L'objet, parfaitement conservé, avait été perdu en 1933.
L'objet, parfaitement conservé, avait été perdu en 1933. © Radio France - Arthur Blanc

La fille et les petites-filles de Jean Poirot ont les larmes aux yeux. Cet été, la bibliothèque Stanislas a retrouvé, par le plus grand des hasards, le portefeuille de leur proche qu'il avait perdu lorsqu'il était étudiant en 1933. Les descendantes ont alors pu récupérer l'objet qui leur fait remonter de beaux souvenirs.

Un résistant vosgien

"C'était mon gros nounours qui me protégeait et j'ai eu une chance inouïe de l'avoir." Voici comment Lorraine, petite-fille de Jean-Poirot, résume son grand-père, la voix tremblante, décédé en 1981 lorsqu'elle avait 13 ans. 

Et protéger est un mot qui résume bien ce dernier. Né en 1914 à Epinal dans les Vosges et résidant de Saulxures-sur-Moselotte, il était parti à Nancy suivre ses études de médecine avant de s'engager dans la résistance au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Un choix qui lui vaudra d'être déporté dans les camps pendant 9 mois avec sa compagne.

Régine Vicq (à gauche) reçoit des mains de la conservatrice de la bibliothèque Stanislas, le portefeuille de son père.
Régine Vicq (à gauche) reçoit des mains de la conservatrice de la bibliothèque Stanislas, le portefeuille de son père. © Radio France - Arthur Blanc

Mais ce sont de ses années heureuses que témoigne ce petit portefeuille rouge. Tout est encore intact à l'intérieur : ses papiers d'identité bien sûr, mais également une lettre que le propriétaire avait échangé avec l'un de ses amis, en 1933. "Ce qui est très agréable, c'est que je le retrouve jeune", confie Régine Vicq, la fille de Jean Poirot. "On voit qu'il a vécu une vie d'étudiant et qu'il était très heureux."

Pourquoi n'a-t-il pas demandé si l'on avait retrouvé ses papiers ?

Un dénouement inattendu pour ce portefeuille qui végétait dans les placards de la bibliothèque Stanislas depuis 1933. Ce n'est que cet été, lorsque le grand rangement annuel est enclenché, que les équipes découvrent ce témoin de l'histoire. "Ce petit portefeuille est tombé des dossiers", explique Claire Haquet, conservatrice de la bibliothèque. "Ce que je ne m'explique pas, c'est pourquoi il n'a jamais demandé à l'entrée si l'on avait retrouvé ses papiers." Une hypothèse proposée par Claire Haquet : il les aurait perdu juste avant les vacances de Noël et aurait oublié de les redemander en janvier à son retour.

La conservatrice va alors lancer une enquête pour retrouver le propriétaire de ces papiers. "On pensait qu'il avait appartenu à un employé puisqu'il était dans une armoire du secrétariat." Mais c'est finalement bel et bien à un étudiant que revenaient tous ces documents. "Mais l'étudiant n'était plus étudiant", ironise Claire Haquet. Des recherches ensuite auprès de la mairie de Saulxures-sur-Moselotte, et le portefeuille retrouve finalement sa famille, à peine 86 ans après l'avoir quittée... 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess