Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO - Un spécimen rare de vautour relâché dans le massif des Corbières

mardi 30 octobre 2018 à 16:34 Par Tanguy Bocconi, France Bleu Roussillon, France Bleu Occitanie et France Bleu

Repéré fin septembre sur un rond-point de Carcassonne, ce vautour moine a été soigné et nourri par des membres de la Ligue de protection des oiseaux de l'Aude, qui l'ont relâché lundi matin à l'observatoire des vautours de Bugarach. Le jeune rapace a été bagué et équipé d'une balise GPS.

Le vautour moine est la seule espèce de rapaces qui n'a pas encore nidifié dans les Pyrénées françaises
Le vautour moine est la seule espèce de rapaces qui n'a pas encore nidifié dans les Pyrénées françaises © Radio France - Tanguy Bocconi

Bugarach, France

C'est un spécimen très rare de vautour moine qui a été relâché lundi 29 octobre au matin dans le massif des Corbières : l'espèce ne compte que 35 couples implantés en France, et aucun n'a encore nidifié dans les Pyrénées françaises ! Le jeune vautour moine l'a échappé belle : il se trouvait posé sur un rond-point d'une zone industrielle de Carcassonne lorsqu'il a été signalé fin septembre à la Ligue de protection des oiseaux de l'Aude qui l'a récupéré et soigné.

L'oiseau, qui n'était pas bagué, ne souffrait d'aucune blessure mais était affamé. Désormais rétabli, il a été équipé d'une balise GPS et relâché à Bugarach où les spécialistes espèrent qu'il se fixera pour nidifier dans le massif des Corbières, qui abrite déjà de nombreuses espèces.

Yves Roullaud chargé de mission de la LPO de l'Aude ne cache pas son enthousiasme : "Avec cette balise on va pouvoir le suivre sur le long terme. (...) C'est un jeune vautour de l'année, il est encore trop tôt pour qu'on sache si c'est un mâle ou une femelle, mais dans quatre ans, il sera en âge de se reproduire. Maintenant on espère qu'il va se plaire ici et qu'il s'installera dans les Corbières !" 

Depuis sa disparition au début du XXe siècle, le vautour moine a été réintroduit avec succès dans les années 90 dans les Alpes et les Cévennes, mais si l'espèce prospère en Espagne, aucun couple ne s'est encore installé dans les Pyrénées françaises.

Une espèce rare et utile pour l'environnement

Contrairement à ces congénères, le vautour moine est arboricole : il construit de grands nids sur les arbres plutôt que de pondre dans les anfractuosités des falaises. Autre particularité, il se nourrit des parties les plus dures des carcasses : tendons, muscles et cartilages. Voilà pourquoi on retrouve des nombreuses oreilles d’animaux dans ses nids ! 

Enfin, le vautour moine prospecte mieux ses proies et n'hésite pas à se nourrir de charognes plus petites, que les autres espèces, Percnoptères, vautours fauves ou Gypaètes ne consommeront pas. Une activité de recyclage qui en font un "agent sanitaire" des milieux naturels très efficace puisque ses puissants sucs digestifs lui permettent d'éliminer jusqu'aux bactéries des charognes contaminées par des épizooties contagieuses.

Reportage à l'Observatoire des vautours de Bugarach