Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Une caricature du président Macron, un crucifix dans l'arrière-train, taguée sur un TER à Marseille

jeudi 19 avril 2018 à 21:37 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence et France Bleu

Une enquête a été ouverte ce jeudi à Marseille après la découverte d'un tag géant sur un TER stationné en gare de Marseille-Blancarde. Le dessin polémique représente Emmanuel Macron, dénudé, avec un crucifix planté dans l'arrière-train.

 La rame dégradée a été nettoyée, et restera sur Marseille.
La rame dégradée a été nettoyée, et restera sur Marseille. © Maxppp -

Marseille, France

Une enquête a été ouverte à Marseille après la découverte d'un tag géant sur un TER, stationné en gare de Marseille-Blancarde. Le dessin polémique représente Emmanuel Macron, dénudé, avec un crucifix planté dans l'arrière-train. Aucun doute sur la cible de cette caricature : un homme blond, costumé jusqu'à la ceinture, brandissant un wagon de train... Et si un doute persiste, un graff géant "MACRON" en lettre rouge participe à identifier le personnage.

Un photo de cette rame de TER a été partagée sur un compte de la CGT, mais elle n'est pas du tout du gout de l'association d'usagers Naufragés du TER Grasse Vintimille. Ni d'ailleurs de la SNCF, qui cherche à savoir qui se cache derrière cette dégradation.

"Nous n'avons pas de peintres dans nos rangs."

La CGT se défend d'une quelconque participation au tag outrancier, en assénant qu'elle "ne dispose pas de peintres dans [ses] rangs". Un dessin d'Emmanuel Macron d'une telle taille a dû solliciter au moins une bonne heure de travail.

La SNCF porte plainte, comme à chaque fois que des équipements sont dégradés.  La rame, nettoyée de sa peinture, est toujours à Marseille.