Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Une couturière de Loches interdite de visite au château de Versailles, elle portait une robe trop 19ème

vendredi 28 décembre 2018 à 6:06 Par Denis Guey, France Bleu Touraine, France Bleu, France Bleu Paris et France Bleu Berry

On ne badine pas avec l'inconvenance au château de Versailles. Mercredi, une jeune Lochoise a été repoussée parce que sa tenue, une robe et une cape 19ème, était considérée comme contrevenir au règlement.

evant le château de Versailles, la jeune couturière pose dans la tenue qui n'a pas plu aux gardiens.
evant le château de Versailles, la jeune couturière pose dans la tenue qui n'a pas plu aux gardiens. - Paloma Bernot

Indre-et-Loire, France

C'est une histoire désolante qui illustre la discrimination dont peuvent être encore victimes les femmes qui n'ont pas les mêmes codes vestimentaires. Mercredi 26 décembre, une jeune couturière de la ville de Loches s'est vu refuser l'entrée du château de Versailles par un gardien qui considérait sa tenue incorrecte. Elle a donc dû rebrousser chemin avec ses billets et pourtant, la tenue de cette jeune couturière lochoise n'a rien d'inconvenant. Elle s'inspire simplement des robes du 18e et du 19e siècle. Ce jeudi, 27 décembre, la direction du château de Versailles a présenté ses excuses mais le mal a été fait.

Paloma Bernot, 25 ans, est cette jeune couturière lochoise. Elle a ouvert un atelier de couture à Loches au mois d'août dernier sous l'enseigne Chez Madame Augustine. Paloma est passionnée par les vêtements du 18e et du 19e siècle qu'elle crée elle-même et qu'elle porte quotidiennement. Mercredi matin, elle se présente à la grille du château Versailles. Elle porte une longue robe avec un imprimé à fleurs,"la plus simple que j'ai" dit-elle, une cape en fausse fourrure blanche et des souliers rouges. Mais à Versailles, cette robe très 19ème ne passe pas.

Le vigile à l'entrée nous a dit que les déguisements étaient interdits, je lui ai dit que ce n'était pas un déguisement mais la tenue que je porte tous les jours" -Paloma Bernot, couturière

La jeune couturière raconte, "le vigile à l'entrée nous a dit que les déguisements étaient interdits. Je lui ai dit que ce n'était pas un déguisement mais la tenue que je porte tous les jours. Il a répondu "peut-être" mais il nous a refusé l'entrée et ils nous ont mis dehors." Paloma se faisait pourtant une joie de visiter Versailles : "Cela faisait longtemps que je voulais visiter Versailles, c'est un lieu qui me tient beaucoup à cœur, il m'inspire pour mes collections. Et cela m'a vraiment fait beaucoup de peine".

Mais surtout elle se sent humiliée par cette décision qu'elle estime discriminatoire. "Ce genre de discrimination, il faut que ça s'arrête parce que des remarques j'en ai souvent et c'est vraiment fatigant", déplore-t-elle. "On est au 21e siècle, la femme s'est suffisamment battue pour avoir le droit de s'habiller comme elle veut. Je pense que c'est à la société de changer, pas à nous de changer notre manière de nous habiller."

De nouveaux billets d'entrée pour la jeune femme

Le château de Versailles a reconnu le lendemain qu'une erreur d'appréciation a pu être commise et que la tenue de Paloma ne contrevenait pas au règlement. Refusant toute interview, l'établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles exprime ses regrets dans un communiqué. De nouveaux billets d'entrée vont être proposés à la jeune femme pour une prochaine visite. Le communiqué ajoute que si le port de tenues costumées ou de déguisements est interdit, toutes les coutumes vestimentaires sont bien évidemment acceptées, sous réserve de respecter les règles de sécurité en vigueur.