Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

EN IMAGES - Une exposition-photo au fond des piscines du Havre

Mélanger sport et photographie, c'est l'objectif de l'expo "Des Abysses et vous" qui décore les piscines municipales havraises depuis le 10 mai. Après le Cours de la République, les neuf œuvres d'art se déplacent à la Mare Rouge du 27 au 31 mai, puis à la piscine de Caucriauville jusqu'au 9 juin.

Ici dans le bassin du Cours de la République, neuf œuvres d'art intriguent les nageurs.
Ici dans le bassin du Cours de la République, neuf œuvres d'art intriguent les nageurs. © Radio France - Simon de Faucompret

Le Havre, France

En voilà, une initiative pour le moins insolite ! Si vous avez piqué une tête dans les piscines municipales du Havre (Seine-Maritime) dernièrement, vous avez peut-être vu quelque chose d'inhabituel : des photographies collées au fond du bassin. Au nombre de neuf, elles représentent des femmes sous l'eau, mi-humaines, mi-aquatiques. Ces œuvres d'art, créées en 2013, sont le travail d'un collectif rennais, Ouitisch, nommé "Des Abysses et vous" (notez le jeu de mots). Visible depuis le 10 mai dernier à la piscine du Cours de la République, cette exposition-photo se déplace du 27 au 31 dans le bassin de la Mare Rouge, avant d'investir celui de Caucriauville du 2 au 9 juin. Il y a quelques temps, France Bleu mouillait (littéralement) le maillot pour vous présenter l'initiative !

Pour les frileux qui veulent découvrir les œuvres sans se tremper, il est possible de visionner un documentaire sur l'exposition, réalisé en 2013 auprès du collectif "Ouitisch" par Julien Gidoin. Il suffit de cliquer ici.

Surprise chez les nageurs et nageuses

Jean-Michel vient deux fois par semaine, faire son kilomètre et demi de crawl. Il découvre les panneaux sombres dans le bassin, et s'avoue franchement étonné : "Je n'aurais pas parié sur des photos ici, surtout au fond de l'eau !" François et Sarah sont aussi des habitués, mais ont découvert l'exposition il y a quelques jours. "Habituellement, c’est des lignes d’eau, et là, il y avait ces photos. On ne s’attend pas du tout à ça en venant !" sourit François. "C’est innovant, c’est intéressant. Parfois on regarde un peu, on cherche quelques détails, ça change un peu pendant qu'on nage."

On nage, on nage ... et hop, on peut jeter, au passage, un petit coup d’œil aux photographies, au fond du bassin ! Elles représentent des chimères mi-humaines, mi-aquatiques. - Radio France
On nage, on nage ... et hop, on peut jeter, au passage, un petit coup d’œil aux photographies, au fond du bassin ! Elles représentent des chimères mi-humaines, mi-aquatiques. © Radio France - Simon de Faucompret

"Quelques enfants flippaient un peu au début !"

L'étonnement n'a d'ailleurs pas épargné le personnel de la piscine, ici Cours de la République au Havre : "On a fait une drôle de tête", admet Alain, gardien depuis 2002. C'est la première fois qu'il entend parler de ça dans une piscine. Au bord du bassin, il nous montre les œuvres : "Là, on distingue une silhouette féminine dans l’eau. Je dois dire, j’ai vu des jeunes enfants hésiter un peu à plonger. Certains flippaient un peu au début !" Confirmation d'Amine, maître-nageur ici depuis 9 mois : "Certains jeunes aiment bien, d’autres ont un peu peur. Ils pensent à des requins ! C’est un peu folklorique."

Une expo pour étonner et rassembler

L'initiative vient donc du collectif rennais "Ouitisch", et notamment du photographe Philippe Henry. "Au départ, on voulait faire un shooting de mode sous-marin", se souvient-il. Le principe des modèles mi-humains, mi-aquatiques est vite apparu. "On voulait créer des chimères comme l'imaginaire collectif pouvait en créer il y a un siècle, quand les abysses étaient encore pleins de mystère."

Pour accrocher les photos au fond du bassin, il a fallu des plongeurs, deux plaques de plexiglas ... et de la précision. - Aucun(e)
Pour accrocher les photos au fond du bassin, il a fallu des plongeurs, deux plaques de plexiglas ... et de la précision. - Photo transmise par la mairie du Havre

"Quand on est dans l’eau, on a des sentiments qu’on n’a pas en-dehors."

Mais pourquoi cette drôle d'idée, que d'exposer dans des piscines ? "On cherchait une démarche muséale un peu ludique et marrante", avoue Philippe Henry. "Quand on est dans l’eau, on a des sentiments qu’on n’a pas en-dehors. Du coup, ça crée une réaction chez le nageur plutôt que de regarder des petits carreaux blancs !" L'idée est aussi de casser un peu les "codes" en mélangeant un milieu sportif et une expo culturelle. "On voulait que ça touche le plus de monde possible, pas spécialement quelque chose d'élitiste pour des gens qui vont dans des galeries. Le but, c’est de mêler les populations, de fédérer."

Alain, gardien logé de la piscine Cours de la République, a lui aussi été étonné par l'initiative. "En 18 ans, je n'avais jamais vu ça". - Radio France
Alain, gardien logé de la piscine Cours de la République, a lui aussi été étonné par l'initiative. "En 18 ans, je n'avais jamais vu ça". © Radio France - Simon de Faucompret

Hausse de fréquentations

Pas de quoi déplaire à la municipalité du Havre, qui gère les bassins : "C'est une initiative innovante pour nos bassins", se réjouit Sébastien Tasserie, adjoint aux sports à la mairie. "Il y a une volonté de décalage, et là on allie le sport et la culture. Bien sûr que ça attire du monde !" Une légère hausse de fréquentations difficile à quantifier, mais confirmée par le gardien de la piscine Cours de la République, Alain : "Les habitués, ça leur a plu, et on a aussi découvert des nouvelles têtes qui venaient pour voir l’expo."