Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Une fausse collecte pour François Fillon bénéficie à des associations sarthoises

-
Par , France Bleu Maine

François Fillon n'arrive pas à mettre de l'argent de côté ? Il n'en fallait pas plus au site d'information parodique Le Gorafi pour lancer une collecte sur internet afin de l'aider à boucler ses fins de mois. Une blague qui va finalement rapporter de l'argent à plusieurs associations de la Sarthe.

Le site d'information parodique veut aider le candidat à boucler ses fins de mois
Le site d'information parodique veut aider le candidat à boucler ses fins de mois © Maxppp - Gorafi/

C'est cet aveu insoutenable du candidat à la présidentielle qui a ébranlé la rédaction du Gorafi :

"Très ému", le journal parodique décide de créer une cagnotte en ligne sur le site Leetchi pour l'aider à boucler ses fins de mois. Mais la blague prend tellement bien que les dons affluent. Quelques centimes par-ci, quelques euros par-là... Au point de récolter 2 000 € en moins de 48 h. Le Gorafi décide donc d'organiser la solidarité explique Sébastien Mériadeck, le directeur de la rédaction : "On a essayé de contacter le Crédit Agricole de Sablé pour transmettre l'argent sur son unique compte en banque, mais ça ne répondait pas. Alors on s'est dit qu'on allait transmettre l'argent vers des associations locales, car c'est vers elles que M. Fillon va se tourner si jamais il est en fin de droits ou qu'il est nécessiteux comme il le raconte."

Sébastien Meriadeck, directeur de la rédaction du Gorafi

Un peu surpris, les bénéficiaires ne crachent pas sur cet argent tombé du ciel, à l'image de l'Association Cénomane pour le don du sang. En apprenant la blague, elle s'est signalée au Gorafi et son appel a été entendu se réjouit son président Yoann Roustel : "Des fois, c'est compliqué de monter des dossiers de subvention... Et là, on a besoin de rien, juste un commentaire sur Facebook et on aura peut-être un petit financement. J'ai envie de dire merci à François Fillon qui, indirectement, va peut-être aider les associations sarthoises à boucler leurs fins de mois."

Yohann Roustel, président de l'association cénomane du don du sang

La blague appartient à la ligne éditoriale du Gorafi

Même si elle ne touchait au final que quelques centaines d'euros, l'association serait donc ravie. Elle envisage par exemple d'acquérir "un ordinateur" qui lui permettrait de mener des actions de sensibilisation dans les collèges et les lycées. Même son de cloche du côté du Secours populaire, qui s'est tout de même assuré du sérieux et de la légalité de la chose... Mais pour sa présidente Dominique Desarthe, l'origine du don ne pose pas de problème : "La blague, ça appartient à la ligne éditoriale du Gorafi, nous on n'a pas à se positionner là-dessus."

Tout ça part d'une blague mais c'est du vrai argent qui ira à des vrais gens

Surpris par l'ampleur du mouvement de solidarité, le journal parodique salue "une mobilisation extraordinaire, même avec 1 centime, 3 centimes ou 10 centimes... On sent que les gens ont été transportés par le message de M. Fillon et qu'ils ont envie de l'aider", souligne Sébastien Mériadeck... Avant de finir sur une note plus sérieuse : "C'est génial parce que tout ça est parti d'une blague et au final c'est du vrai argent qui sera transmis à des vraies personnes qui sont vraiment dans le besoin."

La cagnotte du Gorafi restera ouverte pendant 3 semaines. Et la rédaction du journal envisage de venir en Sarthe après l'élection présidentielle pour remettre l'argent aux associations concernées. Elles sont quatre pour le moment (Association cénomane pour le don du sang, Secours populaire, Association des paralysés de France et Planning familial) mais leur nombre pourrait encore s'agrandir dans les jours qui viennent.