Insolite

Une quinzaine de courageux bravent le froid et se baignent dans le lac Kir pour la nouvelle année

Par Esteban Pinel, France Bleu Bourgogne samedi 31 décembre 2016 à 16:19

Une poignée de courageux sortent du brouillard, à moitié immergés dans une eau à 5 degrés.
Une poignée de courageux sortent du brouillard, à moitié immergés dans une eau à 5 degrés. © Radio France - Esteban Pinel

C'est désormais une tradition sur la plage du lac Kir, à Dijon : des courageux osent le bain du nouvel an. Ils étaient une quinzaine ce dimanche après-midi, par -2°C dehors, dans une eau à 5°C. Givrés, mais tout sourires.

Mais comment font-ils ? Ce dernier jour de 2016, une quinzaine de courageux ont fêté la nouvelle année par un bain de quelques minutes dans le lac Kir, à Dijon. Température extérieure : -2°C ; température de l'eau : entre 5 et 7°C, faute de relevé très précis. Suffisant pour établir qu'il faisait très froid dans la brume dijonnaise.

L'événement avait été lancé sur Facebook et relayé par les médias. Pour la 6e édition, "il y a eu un peu moins de monde", regrettait l'instigateur de la baignade, Pierre-Yves Careme. Qu'importe, torses nus ou déguisés, les présents se sont jetés à l'eau sans trop réfléchir. "Il faut y aller d'un coup, témoigne Emmanuel. Dehors il fait plus froid, donc l'eau va nous paraître plus chaude."

Pierre-Yves, l'organisateur de "l'éclaboussade" et sa "compagne" Frédéric, prêts à se jeter à l'eau. - Radio France
Pierre-Yves, l'organisateur de "l'éclaboussade" et sa "compagne" Frédéric, prêts à se jeter à l'eau. © Radio France - Esteban Pinel
Glacial baisé - Radio France
Glacial baisé © Radio France - Esteban Pinel

Pour sa première baignade du 31, il va même jusqu'à affirmer que "l'eau est bonne, juste comme il faut". On a du mal à la croire mais Nicole, 78 ans et chapeau en forme de cigogne sur la tête, confirme : "Ce n'est pas un exploit. Je n'ai pas eu froid ! J'ai l'habitude de me baigner partout et tout le temps."

Certains ont marché jusqu'à la taille, d'autre ont plongé la tête la première, comme Frédéric, dans une robe à fleurs très saillante.

Je reconnais que je ne sens plus mes pieds ni rien d'autre. J'ai les coucougnettes qui remontent à la gorge, et j'ai une toute petite voix. Je crois qu'on est un peu cinglé de faire ça. Mais c'est cool."

Sur le sable, plusieurs dizaines de spectateurs ont assisté, admiratifs, à ce drôle de spectacle. "Je n'échangerais pas ma place avec eux, rigole un badaud. Je préfère être bien au chaud."

Retour à la terre ferme en trottinant. Après le grand plongeon, cap sur le Réveillon. - Radio France
Retour à la terre ferme en trottinant. Après le grand plongeon, cap sur le Réveillon. © Radio France - Esteban Pinel

Ils pourraient tous être plus nombreux l'an prochain car Pierre-Yves Careme aimerait que la mairie de Dijon soutienne l'événement. Entre deux gorgées d'une boisson chaude, les baigneurs, tout tremblants, ont déjà réclamé leurs étrennes : des vestiaires chauffés.